Vedette du Mardi : SERIGNE SALIOU TOURE, Un saint qui incarne la piété, le respect et la dévotion

Depuis les années 80, lorsqu‘il fut désigné par Serigne Abdoul Lahat Mbacké pour diriger la communauté mouride dans la région de Thiès, Serigne Saliou Touré, aujourd’hui malade et âgé, n’a jamais ménagé son temps, encore moins ses biens ou sa personne à la cause de cette confrérie. Le représentant attitré du Khalife général des Mourides à Thiès n’arrête pas d’exhorter les Dahiras de la fédération des talibés mourides de Thiès au calme, à la discipline, au respect du « Ndiguel » (recommandations du marabout), au travail, à ne jamais répondre aux provocations etc. C’est un homme de Dieu qui n’a cessé de consentir des efforts incommensurables dans la voie du Mouridisme et en direction du « Ndiguel » de l’illustre fondateur du Mouridisme, Khadimoul Rassoul (Rta) qu’il applique à la lettre. Le saint homme ne cesse d’exhorter les fidèles musulmans à la crainte révérencielle du Créateur de l’Univers, à la lutte quotidienne contre les plaisirs matériels, à l’application des cinq piliers de l’Islam, seuls gages d’une vie future meilleure à côté du Seigneur. A la Grande Mosquée Mouride ou «Jakaay Mouride» de Thiès, un temple de Dieu où se tiennent les prières de Tabaski, de Korité, les séances de « Foulkou » durant le mois béni du ramadan, beaucoup de fidèles évoquent la personnalité de Serigne Saliou Touré en insistant sur son détachement des choses matérielles de la vie. De ce point de vue, l’homme de Dieu force le respect et l’admiration de tous les Thiessois, autant pour son intégrité, sa piété, son équidistance par rapport à toutes les confréries et même, au delà, par rapport à toutes les religions. Aussi d’indiquer : « Le statut de représentant du Khalife général des Mourides, celui-là même qui porte la voix de Touba, n’est pas à la portée de n’importe qui ? Ce n’est pas un poste honorifique, avec des privilèges. Non !!! » Les talibés de « Jakaay Mouride » (Mosquée Mouride), ne veulent pas que leur guide spirituel soit déchargé de ses fonctions d’imam et d’intendant. Serigne Saliou Touré étant un guide spirituel digne de porter la voix de Touba, qui a toujours préféré l’expansion du Mouridisme aux milliards FCFA qui ont toujours été à sa portée en tant que représentant du Khalife général des Mourides à Thiès.

C’est grâce à son œuvre que ‘’Jakaay Mouride’’ est devenu un symbole au Sénégal. Avec lui, Thiès est devenue un symbole dans la structuration de la communauté mouride.
La philosophie mouride fortement implantée à Thiès Thiès est-elle ainsi en passe de devenir un bastion du Mouridisme ? La question se pose vu l’importance de cette communauté qui ne cesse de s’élargir dans la ville aux-deux-gares. Des disciples évoquent d’abord l’histoire du saint homme qui a révélé Serigne Touba, Mame Cheikh Ibrahima Fall. L’homme de Dieu est resté pendant plusieurs années à Thiès à faires des recherches. C’est ainsi qu’il a fondé le quartier Médina Fall, un bastion des Baye-Fall. Au fil des ans, les fils, petits-fils et disciples du Cheikh créèrent d’autres quartiers à l’instar de ceux de Kaosara Fall, Keur Cheikh Ibra, Médina Fall « Extension », Keuri Kao, Nasrou, une zone purement Tidiane avec la famille Ndiéguene, où Serigne Assane Kane a fortement implanté la philosophie mouride. Aussi, un peu vers les zones de Thionakh, Thiapong et Poniène, s’y sont implantées d’importantes communautés Baye-Fall. Sans compter le nouveau quartier Darou Baïré sur la Zac où habite une importante communauté de Baye- Fall. Ces fidèles s’adonnent à l’agriculture. Et chaque année, ce sont plusieurs tonnes de mil et d’arachide que ces Talibés convoient à la ville sainte de Touba. Il faut également noter que Serigne Touba, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, lui-même, avait envoyé beaucoup de ses fils à Thiès dans le cadre de l’expansion du Mouridisme. C’est ainsi que Serigne Fallou Mbacké a vu le carrefour « Angle Serigne Fallou » baptisé à son illustre nom. Non loin, vers Tassette, a séjourné Cheikh Saliou Mbacké, précisément à Gott où il a rencontré Cheikh Béthio Thioune qui avait tout juste 8 ans. De valeureux « lieutenants» de Serigne Touba ont eu également à s’implanter à Thiès. On peut citer : Serigne Bassirou Sarr à Touba-Thiès, la maison familiale de l’ancien ministre Moustapha Sourang dont la mère est de la famille des « Mbacké-Mbacké». Il y a également Cheikh Ahmadou Bamba Seck au quartier Aiglon. Ce qui fait qu’en plus de l’idéologie Baye Fall qui y était fortement implantée avec Mame Cheikh Ibra Fall et ses fils, petits-fils et lieutenants, la ville de Thiès est devenue un bastion purement mouride. Ceci avec l’arrivée de Serigne Fallou Mbacké et autres. On ne perd pas de vue l’œuvre de Cheikh Ablaye Yakhine Diop dont tout un quartier porte le nom. Toujours est-il que l’expansion de la philosophie de Bamba continue et les mourides tissent leur toile avec beaucoup de nouveaux quartiers. C’est ainsi qu’à Thiès-Est, Serigne Khadim Lô Gaïdel a implanté un nouveau quartier baptisé Bagdad. De ce fait, il a offert plusieurs parcelles à ses talibés. À coté, un peu vers le quartier Hersent, se situent les quartiers mourides Darou Salam 1 et 2. Et non loin, vers la Seras, dans la zone communément appelée « Santhiane », près de la mosquée Nimzatt sur la route de Khombole, sont implantés les quartiers Serigne Touba et Keur Cheikh. Un peu en profondeur, se trouve Touba Peyckouk, un fief mouride, une zone de reclassement, différent de Peyckouk Sérère. Sans compter le site de Médounatoul Salam, créé par Cheikh Béthio Thioune, un peu sur la sortie de Thiès-Ouest vers Mbour. On peut aussi noter le choix du Général de Bamba, Cheikh Modou Kara Mbacké Noreyni, qui avait porté son dévolu sur la cité du Rail pour l’organisation de la première édition de son Magal décentralisé. On ne perd également pas de vue que son illustre père, Serigne Ousmane Mbacké, habitait le quartier Mouride-Gua à Thiès. D’où la forte implantation de la philosophie mouride dans le Jankeen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *