Aller à la barre d’outils

Vedette du Mardi :DR DJIBRIL SARR PRESIDENT DU MOUVEMENT «AND LIGUEYEUL THIES», CANDIDAT A LA MAIRIE THIES-OUEST

Un Digne Fils De Thiès Qui Veut Perfuser Une Commune En Agonie

Le très Sage Papa Dakha Kanté, une forte Personnalité de la ville de Thies, l’accueillant récemment chez lui, à Mbour 1, sera catégorique : « C’est le Père qui accueille un Fils, un membre de ma famille, car j’étais un et indicible avec ton Papa ». Et de lui dire : « Dr Djibril Sarr, soit tranquille, tu auras tout ce dont tu as besoin, parce que tes parents, de leur vivant, étaient très contents de toi ». Un homme social et de développement, à la tête d’un mouvement citoyen de plusieurs milliers de membres, dispose de jeunes et de femmes dynamiques, faisant la politique «autrement».

Après deux visites de présentation de condoléances faites, d’abord, à Diop Communicateur traditionnel qui a perdu son père, à Randoulène Nord, puis au domicile de la dame Bineta Mbaye (avec le rappel à Dieu de son mari), Dr Djibril Sarr sera reçu en famille chez le Sage Papa Dakha Kanté, avec tous les honneurs dignes de son rang de « Futur Maire de la Commune Thiès-Ouest ». Simplement pour dire que le Président du Mouvement citoyen « And », « l’Homme de l’Emergence » admiré pour son « Excellent travail » dans sa base naturelle, « n’est pas n’importe qui » à Thiès, une ville où tout le monde se connait, où on sait qui est qui, qui est capable de quoi, qui représente quoi. Avec un parcours (itinéraire) politique non négligeable, le brillant Docteur Djibril Sarr, Pharmacien installé depuis 2000 dans la ville de Ngoumba Géwoul, dans le département de Kébémer (région de Louga), né à Thiès où il a grandi et fait ses études primaires, puis secondaires au lycée El Hadji Malick Sy, avec succès, avant d’aller décrocher son Doctorat d’Etat en Pharmacie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, est incontestablement un pur produit de la capitale du Rail.

A ses débuts à Géwoul, il se sentira un peu oisif au point de penser créer un groupe d’études et de réflexion quand aux voies et moyens susceptibles de développer la cité chérifienne. Pour les besoins d’une si noble cause il dut contacter deux ou trois enseignants pour créer
cette structure. « On a eu vraiment à travailler dur jusqu’à produire un document qui a été validé par le Préfet d’alors, M. Gorgui Alioune Diouf, expert en Décentralisation. Il m’avait dit qu’un tel document pouvait bien développer Géwoul. On a travaillé là-dessus pendant presque quatre ans, jusqu’en 2004. Et on s’est dit qu’à force de réfléchir sur les voies et moyens à développer Géwoul on ne ferait que prêcher dans le vent si on n’est pas dans un appareil qui nous permettrait d’appliquer les conclusions de nos études. En ce moment-là on n’était pas dans la politique mais au niveau de la société civile ». Et dès lors le jeune Pharmacien Thiessois de se résoudre à flirter avec la « chose politique » dans l’espoir d’occuper certaines fonctions sur le plan local même, dans la collectivité. En 2005, il décida d’entrer en politique avec les évènements survenus dans le parcours de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, emprisonné puis libéré sept mois plus tard. « J’étais à Géwoul quand, en tant fils de Thiès, j’entrais en politique pour soutenir le candidat Idrissa Seck à la présidentielle de 2007. Je suis devenu membre parti ‘’Fidel’’ (Les Forces Intégrées pour la Démocratie et les Libertés), dirigé à l’époque par M. Yancoa Diattara ». Et plus tard, responsable politique du nouveau parti Rewmi qui sera constitué de trois entités : Les Fidel, le Mouvement ‘’M6’’, mouvement de soutien à Idrissa Seck dirigé par le Dr Abdoulaye Ndoye de Saint Louis, et un Groupe de leaders politiques qui s’appelait ‘’Les Amis de Idrissa Seck’’, composé d’Oumar Sarr, Awa Gueye Kébé, parmi tant d’autres. Ces trois entités ont fusionné pour devenir le Rewmi quand Idy est revenu de la France. J’ai donc commencé par les Fidel et quand le Rewmi est né, je suis devenu vice-coordonnateur départemental de cette formation, à Kébémer. Deux ans après, je suis devenu coordonnateur départemental de Rewmi dans ce département, ce pendant presque 10 ans, jusqu’en 2017. J’ai été aussi au Secrétariat national dudit parti, chargé de la santé. C’est ainsi qu’avec les Docteurs Papis Ndoye et Abdoulaye Ndoye (Tous de la commission santé au niveau national), nous avions travaillé à l’élaboration du programme de santé du candidat Idrissa Seck. J’ai battu campagne pour Idrissa Seck en 2007, quand il est arrivé deuxième avec 14,86 % à cette présidentielle. Et c’est donc dans le département de Kébémer, où je gérais 19 collectivités locales dont Darou Moukhty, que j’ai presque eu mon expérience politique. Dans ce département, j’ai accueilli pendant 10 ans le Président Idrissa Seck ».

En ce moment, l’ex-rewmiste n’avait pas encore commencé à évoluer dans sa ville natale, Thiès. C’est seulement en 2017 que des amis, surtout marabouts, lui conseilleront de descendre s’occuper au niveau de sa base naturelle, Thiès. « Le fait d’évoluer à Kébémer ne m’empêcher toutefois pas de prêter une attention capitale à Thiès. Parce qu’en 2008 j’avais créé une association de développement avec des amis : ‘’And Liguéyeul Thiès’’. J’en étais le Président. On intervenait dans le domaine de la santé, à travers des consultations gratuites, des dons de sang. Aussi dans l’environnement, et nous faisions régulièrement des opérations ‘’Coup de poing’’, de ‘’set-setal’’, surtout au quartier Grand-Thiès. On intervenait beaucoup dans l’éducation. On a eu à organiser, en rapport avec les ‘’Daras’’, beaucoup de manifestations (concours de récital du Saint Coran avec les élèves). Bref, on a eu à faire beaucoup d’activités dans le cadre de cette association ». C’est en 2017 que Djibril Sarr aura décidé de s’investir dans l’arène politique  Thiessoise. Mais sous une « autre bannière ». Il avait créé le Mouvement politique plus porté sur le « développement citoyen », dénommé : « Alliance pour une Nouvelle Direction » (And). Une « Nouvelle Direction » que le Dr Sarr à prise « uniquement vers le peuple ». Et d’expliquer : « Toutes mes actions seront dirigées uniquement,
direction vers le citoyen. Parce que dans un parti politique on est obligé d’obéir à certaines règles, on ne se lève pas un beau matin pour parler, par exemple, de la situation du pays. Ça passe toujours par le porte-parole ou le chargé de la communication du parti, et c’était trop lourd pour moi. C’est ainsi que j’ai créé ce Mouvement, pour pouvoir, à chaque occasion, mettre mon grain de sel dans toutes les questions nationales et locales. Après le
lancement, le 14 Août 2017 au centre Daniel Brothier de Thiès, presque à un mois des élections législatives, nous avions pensé attendre que ces dites échéances soient passées
pour démarrer nos activités, mais, après mûre réflexion, nous nous sommes finalement résolus à adopter la pédagogie consistant à ‘’Battre le fer quand il est chaud’’. C’est ainsi qu’on a jugé nécessaire de participer à ces élections législatives pour avoir beaucoup plus de visibilité, ce d’autant même que le Maire de la Ville Talla Sylla nous avait contactés, en France, pour y participer avec la coalition ‘’Fal Askan Wi’’. Non seulement je connais l’homme, qui est un ami à moi, mais aussi on avait besoin d’une expérience électorale et encore beaucoup plus de visibilité. Je n’ai pas regretté d’être allé avec Talla Salla, parce que j’ai eu vraiment assez de visibilité lors de ces échéances électorales pour avoir fait à l’occasion des émissions à la Rts. Aussi j’ai parcouru de long en large la ville et le département de Thiès, j’ai eu pas mal d’expérience par rapport à ces élections-là. Après lesquelles, j’ai arrêté ma collaboration avec ‘’Fal Askan Wi’’ pour continuer mes activités, en toute indépendance.

«Notre objectif c’est de diriger la Mairie Thiès-Ouest. Nous en avons les compétences»

Des activités poursuivies sur le terrain dans le domaine du développement, surtout portées sur l’autonomisation des femmes. « On a eu à financer beaucoup de groupements féminins, qui s’activent à Grand-Thiès, à Som, à Lazarêt, au quartier Carrière, aux Hlms Route de Dakar, dans la commune Thiès-Ouest où nous avons l’ambition de briguer la mairie ». Par ailleurs le Dr Sarr se trouve à la tête d’une association de 100 membres, tous d’anciens élèves de l’école primaire Château d’eau, dont la moitié réside à l’étranger (Etats-Unis, Canada, France). « On a eu à faire beaucoup d’actes au niveau de cet établissement. Nous avons changé la porte de l’école, réfectionné trois toilettes, doté l’école de deux ordinateurs et deux imprimantes, réfectionné récemment 141 tables-bancs. Notre prochaine action portera sur la peinture dudit établissement et la construction d’une bibliothèque, car on dispose de beaucoup de livres pour les élèves ». Outre ses excellents rapports avec tous les chefs religieux à Thiès, le Président du Mouvement « Alliance pour une Nouvelle Direction », parle, rencontre, discute avec tout le monde, dans le cadre des prochaines élections locales. « À la présidentielle du 24 février 2020 j’étais allié avec le candidat de la coalition ‘’Idy2019’’. Pendant cette présidentielle, le Premier ministre Boun Abdallah Dionne m’a fait venir à Dakar pour me faire adhérer à la cause de la coalition présidentielle. La moitié des membres
de notre mouvement n’était pas d’accord pour notre alliance avec ‘’idy 2019’’, mais, moi, j’avais déjà choisi le candidat Idrissa Seck, ce pour plusieurs raisons. Du fait d’abord qu’il dispose d’une très bonne base à Thies. Aussi j’avais pensé aller avec l’ancien Premier ministre à l’élection présidentielle dans l’espoir de pouvoir discuter avec lui en vue des prochaines locales ». Pour les prochaines élections locales, Dr Djibril Sarr et ses camardes n’excluent aucune alliance avec qui que ce soit. « Nous sommes ouverts à tout le monde, on discutera avec toues les forces, pouvoir, opposition comme société civile, on va parler avec tout le monde, pour essayer de faire une bonne coalition apte à aller à l’assaut de la mairie de Thiès-Ouest. Aussi on n’exclut pas d’être avec la coalition dirigée par le Président du Conseil départemental de Thiès, Idrissa Seck ». Mais surtout, tient à rappeler le candidat aux élections locales, « notre objectif, nous, c’est de diriger la Mairie Thiès-Ouest », parce que, souligne-t-il, « on a les compétences ». Et de rappeler avoir participé à deux élections municipales, à Géwoul, où « j’ai eu à occuper des fonctions de Conseiller municipal pendant cinq bonnes années dans la commune, gérant même trois commissions : ‘’Marché, Santé et Coopération internationale’’. Dans cette ville, j’ai eu à mon actif plusieurs réalisations. Le lycée de Géwoul est à inscrire à mon actif à travers la coopération avec la Pai/Sd, une structure logée à la Présidence. Aussi il y a le Centre socioprofessionnel, à l’entrée de Géwoul, dont j’ai octroyé le marché, en plus de la réfection de l’abattoir de Géwoul ». Pour ainsi remarquer avoir « acquis une certaine expérience dans le domaine de la gestion des collectivités locales ».

Dans la ville aux-deux-gares, c’est surtout dans le développement que s’active le Mouvement « Alliance pour une Nouvelle Direction », lequel, à présent, prépare la journée
du 8 Mars dédiée aux femmes, avec un certain nombre de groupements féminins. « Dans 10 quartiers de la zone-ouest, nous avons nos femmes constituées en Gie, qui subissent des séances de formation sur la transformation des produits alimentaires locaux, et devront organiser une grande cérémonie, ce jour, une sorte d’exposition sous le thème : ‘’Femmes et Développement’’, sans aucune forme de folklore. Actuellement elles savent faire des jus de fruits naturels à base de produits alimentaires locaux, des savons, entre autres. Ces produits seront sur le marché national. Notre ambition est d’avoir des points focaux dans les 18 quartiers de la zone-ouest ». Les membres du Mouvement « Alliance pour une Nouvelle Direction », ont eu aussi à bénéficier de beaucoup de formations dans le domaine de la communication, avec de brillantes personnalités du monde de la presse comme le Pr en Communication, M. Adama Sow. Aussi, renseigne Dr Sarr, « on a eu à recevoir d’éminents experts dans le domaine des mutuelles de santé. Ils nous ont formés en mutuelle de santé, dans le cadre d’un projet consistant à faire adhérer 100 femmes membres du mouvement dans une mutuelle de santé. Egalement 15 jeunes du Mouvement, entièrement pris en charge par le Président de ‘’And’’, ont eu, deux jours durant, à subir une formation en ‘’Entreprenariat et Leadership’’ ». Et d’indiquer : « On n’a pas assez de moyens parce que n’étant pas dans les appareils d’Etat ni dans les collectivités locales, pour pouvoir aider convenablement les populations, mais on se débrouille quand même un tant soit peu avec les moyens du bord, pour pouvoir soutenir les femmes à ‘’se développer’’ et les jeunes à ‘’trouver de l’emploi’’, à devenir des ‘’Chefs d’entreprise, des leaders’’ ». Sans compter la grande conférence religieuse qu’organisent, chaque mois de Ramadan, les femmes du
Mouvement. « Nous connaissons le chemin et savons là où on va », souligne Dr Djibril Sarr, peint, par la responsable des femmes du mouvement, Virginie Thiam Madame Diop, sous lestraits de « l’Homme qu’il faut à la place qu’il faut », un « leader charismatique imbu de forte personnalité, populaire et accepté par les populations de Thiès-Ouest ». Un « enfant de Thiès qui peut prétendre disposer de posture lui permettant de faire un consensus global, parce que sûr de ses possibilités, ses capacités, évoluant dans une logique de pouvoir gagner au suffrage universel direct ». En tout état de cause, dans la cité du rail, nombre de Thiessois ont fini de percevoir Dr Djibril Sarr comme étant un « leader sociable incarnant un leadership fort à Thiès-Ouest », qui se singularise par de « bonnes actions » à travers un « programme social » qui a fini de le classer parmi les « leaders répondant aux critères définis par les électeurs ». Un « leader qui, avant d’être politique, reste un acteur qui est de plain-pied dans le développement surtout social, toujours à l’écoute des problèmes populations ». Qui accompagne les jeunes et les groupements de femmes, autour surtout de la transformation de produits céréaliers (renforcement de capacités, outillage pour la fabrication de jus de fruit, de savon, entre autres). Des actions d’accompagnement, de formation et d’encadrement des populations pour explorer toutes les opportunités pouvant permettre de générer des revenus et un mieux-être, et toutes autres initiatives à caractère social.

 

Carrefour Medias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *