Un frère de Modou Lô arrêté pour trafic de drogue

3 ans de prison ferme, c’est la sentence que risquent le frère du lutteur Modou Lô et son co prévenu. Ils ont comparu, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar pour association de malfaiteurs et offre ou cession de chanvre indien. Ils seront édifiés le 27 février prochain.

 

Attraits, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar pour les faits d’association de malfaiteurs et de trafic de chanvre indien, Daouda Diouf et Ndiaga Lô, frère du lutteur Modou Lô, risquent trois ans de prison ferme. S’agissant des faits, les éléments de la police ont été informé d’un trafic intense de drogue. Sans perdre de temps, ils sont descendus dans les lieux avant de procéder à la perquisition de la chambre de  Daouda. C’est ainsi qu’1 kg de Yamba a été découverte. Ainsi, une enquête a-t-elle été ouverte pour mettre la main sur le second. C’est suite à  une délégation judiciaire que Ndiaga Lo a été arrêté après quatre mois de cavale. A la barre du tribunal correctionnel de Dakar, hier, le premier nommé a soutenu que le frère du lutteur lui a confié un sac. Non sans savoir ce qui s’y trouver. C’est quand ce dernier est parti qu’il s’en est rendu compte qu’il y avait du chanvre indien. De son côté Ndiaga Lô a battu en brèche les déclarations de son co prévenu arguant que c’est l’un de ses amis qui l’a présenté le sieur Daouda qui, avait besoin de T-shirt. A l’en croire, c’est au moment de lui livrer les habits que la police a débarqué. Sous le coup de la peur, il a pris la tangente. Toujours dans sa narration des faits, c’est après avoir été arrêté qu’il a entendu dire que c’est lui qui avait remis la drogue à Daouda.

Sur une question de savoir pourquoi il a pris la fuite, le frère du lutteur a dit qu’il avait juste peur mais il n’a rien fait. Il faut dire que ce dernier a été lors d’une patrouille de la police. Invité à faire ses réquisitions dans cette affaire, le maître des poursuites a indiqué c’est une bande organisée qui a bien mûri son plan. Sur ce, il a requis une peine de trois ans ferme contre Ndiaga Lo et Daouda Diouf. Prenant la parole en dernier, la défense a soutenu qu’il n’y a pas une once de preuve d’offre ou cession de drogue ni d’association de malfaiteurs. Selon Me Danfakha, une déclaration spontanée n’est pas une preuve. « Qu’est-ce que Ndiaga Lo fait dans ce dossier ?, s’interroge-t-il, avant de dire son malheur c’est d’être le frère du roi des arènes. Sur ce, il a plaidé pour la relaxe pure ou simple ou la relaxe au bénéfice du doute car, indique la robe noire, il ne peut pas être gardé en prison sur la base de simples déclarations d’un co-prevenu. Même son de cloche chez Me Cissé pour qui c’est injuste de maintenir une personne pendant 3 ans sur la base d’une simple dénonciation. Suffisant pour la robe noire de dire que la relaxe s’impose. « Je ne plaide même pas le doute. Ce dossier manque même de faits », a dit la robe noire. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 27 février prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *