Thiès: ‘’Le Mickey Land ’’ ou ‘’ La Comédie du roi’’

Mes chers compatriotes, á l’heure où je couche ces lignes, le Président du parti et de la république des courtisans et amis est en train de nous servir la sempiternelle chanson de nouvel an. Cette chanson qui amuse les galeries royales et sonne le départ pour une année de misère, de galère traduite par un manque criard de vision en création d’emploi, d’infrastructures et de la maîtrise de l’inflation. Les ménages vont encore trinquer pour au moins une année á venir au moment où les bouchons du champomy fusent partout vers les plafonds des salles á manger du palais royal. Le chef aura ce soir le sentiment d’avoir encore réussi á tromper le peuple, écrasé ses opposants. Le sénégalais aura lui une autre année d’absence de service public, d’école publique de qualité, de transports publics décents, d’hôpitaux publics qui honorent la dignité humaine, de banques qui servent ses intérêts, de cours et tribunaux où le simple sentiment d’y obtenir un jugement équitable.

Bref, la litanie de la misère est infinie car je ne connais pas de secteur au Sénégal où on peut affirmer sans parti pris qui marche et qui sert les filles et fils du pays.
2020 fut une année particulièrement éprouvante pour les Etats, les gouvernants et les individus des quatre côtés du globe. Les Etats forts et organisés où la science, la médecine, la technologie, l’économie et la démocratie titillent la perfection ont vacillé mais repris le contrôle de leur gouvernail. Dans les pays du Sud et particulièrement dans celui qui m’a vu naitre, le Nord y est perdu depuis des décennies. La pandémie de la COVID 19 y a fini par montrer que nous n’avons pas d’Etats encore moins de dirigeants visionnaires. Cette pandémie en sus de la gestion scandaleuse des 1000 milliards du fond de riposte destinés á soulager les sénégalais affectés, in between, le scandale du foncier avec des communes laissées á la seule cupidité foncière des maires , le scandale des inondations avec 70 milliards dont on peine encore á en tracer sa réelle utilisation, les 480 jeunes péri dans les tréfonds des océans á la quête d’une vie correcte impossible au Sénégal et la signature des licences de pêche qui bradent l’un des piliers les plus solides de notre économie á perfusion, a laissé le peuple sénégalais terrifié et perplexe quant á son existence et son avenir en tant que nation et Etat. J’en appelle á la conscience et á l’humanise, si ces mots existent dans leur dictionnaire, du gouvernement central. PRENEZ AU SERIEUX LES PREOCCUPATIONS DES SENEGALAIS, ILS SOUFFRENT DANS LEUR CHAUMIERE.

A Thiès, symbole de la résistance aux compromissions du pouvoir, terre des hommes qui ont écrit les lettres de noblesse de la politique et du syndicalisme au Sénégal, le pouvoir local est malheureusement tombé entre des mains inexpertes en gestion et management de la chose publique. J’excuse leur ignorance mais condamne leur manque de patriotisme et de citoyenneté. L’état de la ville est indigne de la cité de Ousmane Ngom ou de Léopold Sédar Senghor qui en fut le premier magistrat, connu pour ces espaces verts et sa quiétude : insalubrité, insécurité, manque d’espaces verts et de loisirs, manque de sécurité routière, d’éclairage public, feux de signalisation routière., d’infrastructures culturelles et sportives, même pas une seule piscine communale !!!!
Thiès est simplement devenue une bourgade, une grande banlieue oú le plus petit mètre carré est épié par les maires qui y font et défont l’ordre ou le droit foncier.
On y note aussi l’arrivée sur le terrain politique de fonctionnaires et d’hommes ‘’affaireux’’ , sans surprise, membres du parti au pouvoir , qui au curriculum vitae et aux avoirs douteux, qui au casier judiciaire déviergé, qui á la recherche de marchés d’Etat ou de postes de direction auprès du Prince de l’avenue Roume qui croit faire de Thiès la risée des autres villes du Sénégal. Vous pouvez vous attaquer aux symboles de Thiès, mais restez assurés que ce sont les thiessoises et thiessois qui les avaient faits. Eh bien aujourd’hui, ils leur ont tourné le dos.
2021, le contrôle sera repris par des hommes, des femmes et les jeunes thiessois qui respirent et vivent que pour Thies. Ils enverront ces mercenaires á la retraite. L’avenir politique de Thiès se fera avec celles et ceux qui sont du parti et des couleurs des thiessois. La souveraineté citoyenne sera reprise et les destinées de Thiès ne seront plus déléguées pour en être confiées á des aventuriers.
Chers concitoyens, je vous donne rendez-vous, chez vous, chez nous á Thiès pour ensemble repenser et réaliser le programme et les stratégies de mise en place d’une ville nouvelle et prospère, d’une ville désinfectée où il fait bon vivre dont nous serons tous très fiers.

Meleye Seck
Président du Mouvement ALLIANCE DES BÂTISSEURS RENAISSANCE 221

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *