Aller à la barre d’outils

THIÈS: La Forte Expansion du Mouridisme

Serigne Touba envoya Mame Cheikh Ibrahima Fall à Thiès

La région de Thiès, avec ses cités saintes comme Tivaouane, Ndiassane, Thiénaba, Keur Mame El Hadji Ndiéguene, Keur Cheikh Ibra Fall, entre autres, offre au monde un exemple de stabilité et de coexistence communautaire pacifique au sein de l’écrasante majorité musulmane. Des fidèles qui ne sont pas de la même obédience confrérique mais vivent leur islam en paix et en harmonie avec le Saint Coran et les enseignements de l’essence du message Muhammadien. Une « richesse » née du modèle confrérique incarné par d’éminents érudits de l’islam, à une  époque où « n’être pas Thiédo et être dans l’islam était si rare qu’il devenait un trait distinctif pertinent ». D’illustres Cheikhs qui on fini par asseoir, de façon permanente et constructive, le dialogue intra religieux et celui interreligieux. Des hommes de Dieu qui se sont surtout révélés aux animistes, de la trempe du fondateur du village de Ndiassane, Cheikh Bouh KOUNTA, du fondateur de la première Institution d’enseignement supérieur en Sénégambie : « L’Université de Pire », au 17ème siècle dans le Kajoor (Cayor), Omar Fall (1555-1638), plus connu sous le nom de Xaali Amar Faal, un Prince descendant de Decce Fundjoogu, Premier Damel (roi) du Kajoor indépendant. Aussi, on peut citer Tafsir El Hadji Ahmadou Barro Ndiéguène de Keur Mame Al Hadji de Thiès, né à Kassass, à Kaffrine, en 1825 et rappelé à Dieu en 1936. Un Homme de Dieu d’une dimension exceptionnelle, pacifique, qui a fortement participé à l’islamisation de Thiès, la rebelle et la païenne. Comme tant d’autres érudits de l’Islam, qui, conformément à la philosophie du Prophète Mohammad (P.S.L.) qui a imposé à tous les musulmans, à la communauté toute entière, le devoir de propager la vérité, convertir les infidèles. Les musulmans désignent ce prosélytisme par le mot « DAWA » qui signifie littéralement appel, incitation, invitation à la foi islamique. la région de Thiès étant presque la capitale, le bastion du « thiédoisme », en conséquence, les hommes religieux, dans leur dynamique d’islamisation, se sont fortement intéressés à l’empire du Cayor. Ce qui explique la présence de nombre de Cheikhs en zone cayorienne. La famille Akhloul Kountiyyou, après s’être d’abord installée en Cayor des profondeurs, à Ndankh Kounta, devait effectuer un élargissement avec la cité de Ndiassane. On note, à Thiès, l’arrivée de la famille Ndiéguene à Keur Mame Al Hadji et du Cheikh Ibrahima Fall envoyé par Serigne Touba. Sans compter la famille Seck de Thiénaba, qui fait la jonction entre le Cayor et le Baol. Des Cheikhs qui sont parvenus à installer des foyers ardents sur l’espace cayorienne qu’ils ont réussi à quadriller. D’ailleurs, c’est dans cette logique de quadrillage que Cheikh Al Seydi El Hadji Maodo Maodo Sy de Tivaouane est allé dans le Cayor des profondeurs créer aussi la cité de Diacksao ». Et tous ont prêché avec une éloquence persuasive et procédait en milieu « Thiédo » à des conversions massives, pour finir par avoir beaucoup de fidèles sur qui ils eurent beaucoup d’autorité.

MÉDINA FALL ET KEUR CHEIKH IBRA : L’expansion du Mouridisme dans le Cayor
Dans la cité du Rail, beaucoup de disciples évoquent l’histoire du Saint Homme qui a révélé Serigne Touba, Mame Cheikh Ibrahima Fall en l’occurrence. Un Homme de Dieu exceptionnel qui est resté pendant plusieurs années à Thiès à faires des recherches.

C’est ainsi qu’il a fondé le quartier Médina Fall, un bastion des Baye-Fall. Au fil des ans, les fils, petits-fils et disciples du Cheikh créèrent d’autres quartiers à l’instar de Kaosara Fall, Keur Cheikh Ibra, Médina Fall « Extension », Keuri Kao, Nasrou, une zone purement Tidiane avec la famille Ndiéguene, où Serigne Assane Kane a fortement implanté la philosophie Mouride. Aussi, un peu vers les zones de Thionakh, Thiapong et Poniène, devaient s’implanter d’importantes communautés Baye-Fall. Sans compter le nouveau quartier de Darou Baïré, sur la Zac, où habite une importante communauté de Baye Fall. Ces vaillants fidèles s’adonnent à l’agriculture. Et chaque année, ce sont plusieurs tonnes de mil et d’arachide que ces Talibés convoient à la ville sainte de Touba. Également il faut relever que Serigne Touba Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, lui-même, avait envoyé beaucoup de ses fils à Thiès dans le cadre de l’expansion du Mouridisme. C’est ainsi que Serigne Fallou Mbacké a vu le Carrefour « Angle Serigne Fallou » qui a été baptisé à son illustre nom. Non loin, vers Tassette, a séjourné Cheikh Saliou Mbacké, précisément à Gott où il a rencontré le Cheikh Béthio Thioune, qui avait tout juste 8 ans. De valeureux « lieutenants » de Serigne Touba ont eu également à s’implanter à Thiès. On peut citer : Serigne Bassirou Sarr à Touba-Thiès, la maison familiale du Ministre Moustapha Sourang dont la mère est de la famille des « Mbacké- Mbacké». Il y a également Cheikh Ahmadou Bamba Seck au quartier Aiglon. Ce qui fait qu’en plus de l’idéologie Baye Fall qui y était fortement implantée avec Mame Cheikh Ibra Fall et ses fils, petits-fils et lieutenants, la ville de Thiès est devenue un bastion purement mouride. Ceci avec l’arrivée de Serigne Fallou Mbacké et autres. On ne saurait perdre de vue l’œuvre gigantesque de Cheikh Ablaye Yakhine Diop dont tout un quartier porte le nom. Toujours est-il que l’expansion de la philosophie de Bamba continue et les mourides tissent leur toile avec beaucoup de nouveaux quartiers. C’est ainsi qu’à Thiès-Est, Serigne Khadim Lô Gaïdel a implanté un nouveau quartier baptisé Bagdad. De ce fait, il a offert plusieurs parcelles à ses talibés. À coté, un peu vers le quartier Hersent, se situent les quartiers mourides Darou Salam 1 et 2. Et non loin, vers la Seras, dans la zone communément appelée « Santhiane », près de la Mosquée Nimzatt sur la route de Khombole, sont implantés les quartiers Serigne Touba et Keur Cheikh. Un peu en profondeur, se trouve Touba Peyckouk, un fief mouride, une zone de reclassement, différent de Peyckouk Sérère. Sans compter le site de Médounatoul Salam, créé par le Cheikh Béthio Thioune, un peu sur la sortie de Thiès-Ouest, vers Mbour. On peut aussi noter le choix du Général de Bamba, Cheikh Modou Kara Mbacké Noreyni, qui avait porté son dévolu sur la cité du Rail pour l’organisation de la première édition de son Magal décentralisé. On ne perd également pas de vue que son illustre Père, Serigne Ousmane Mbacké, habitait le quartier Mouride-Gua, à quelques minutes du marché Moussanté de Thiès. D’où la forte implantation de la philosophie mouride dans le Jankeen.

CARREFOUR MEDIAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *