Aller à la barre d’outils

THIES : GUEGUERRE ENTRE LES MINISTRES AUGUSTIN TINE ET NDEYE TICKE NDIAYE DIOP

Le jeu trouble de certains jeunes courtisans membres de la Cojer indexé

Pourquoi certains leaders du parti présidentiel à Thiès, comme les ministres Augustin Tine et Ndèye Tické Ndiaye Diop ont-ils choisi de perpétuer les démons de la division à Thiès ? C’est la question que se posent beaucoup de Thiessois selon qui « il faut arrêter cette gymnastique et ce vagabondage politiques orchestrés par de jeunes loups se réclamant de la Cojer ».
« Le président Macky Sall a tiré les leçons de la situation de l’APR à Thiès en défenestrant Dr Augustin Tine du gouvernement, pour le placer à la tête de son cabinet et en promouvant Ndèye Tické Ndiaye Diop au poste de ministre et porte-parole du gouvernement. Il urge que tout le monde se donne la main et se range derrière Mme le ministre de l’Economie Numérique et des Télécommunications pour suivre la hiérarchie politique tracée par le président de la République ». Cette sortie dirigée contre le directeur de cabinet du président de la République, par ailleurs coordonnateur départemental de l’Alliance Pour la République (APR), Dr Augustin Tine, est du jeune Ibrahima Diouf de la Convergence des Jeunesses Républicaines (COJER) de Thiès. A l’en croire, le maire de Fandène serait à l’origine de la léthargie qui règne dans le parti présidentiel à Thiès. À travers une réplique salée, les partisans du maire de Fandène avaient demandé de « freiner ces gens malintentionnés, qui s’attaquent gratuitement aux responsables ». Poursuivant, ils estimaient que « ces jeunes-là doivent arrêter
cette gymnastique et ce vagabondage politiques qui ne font que nuire au parti. Ces attaques proviennent du même jeune qui était à la base du vocal nauséabond qui a fait le tour du monde et qui avait fragilisé politiquement Pape Ciré Dia, ex-directeur général du Groupe La Poste ». Bassirou Sall, responsable de l’Apr à Thiès, lui, souhaite qu’« on arrête ces pratiques qui risquent de mettre en péril le parti à Thiès ». Il rappelle que « Dr Augustin Tine est parmi les premières personnalités à avoir accompagné Macky Sall, bien avant qu’il n’accède au pouvoir. Et depuis 2012, il s’acquitte avec efficacité de toutes les missions que lui a confiées ce dernier ». Mieux, soutient Bassirou Sall toujours à propos du Dr Augustin Tine, « sur le plan politique, en tant que coordonnateur départemental du parti, il a gagné le département lors de toutes les élections sauf à la dernière présidentielle et c’est parce qu’il y a eu des failles au ni
veau de la commune. En 2012, nous étions à 7 % de l’électorat dans le département de Thiès mais aujourd’hui nous sommes à 42 %. Cela veut dire que nous avons fait un bond important ». A en croire toujours le même responsable, la confiance du président Macky Sall à l’égard de Dr Augustin Tine s’est accrue à la suite du gouvernement mis en place après les élections, avec sa nomination au poste de directeur de cabinet du président de la République.
« Certains gagnent leur vie en créant une discorde entre responsables» Lamine Dramé, ancien maire de Cayar, pense de son côté que « c’est regrettable, après la défaite de la coalition Benno Bokk Yaakaar à Thiès que les gens se mettent à se tirer dessus. Ce serait encore plus regrettable s’il était avéré que des responsables tapis dans l’ombre étaient derrière les auteurs de ces sortie ». Et de poursuivre à
propos de la guerre des chefs au sein du parti présidentiel dans la capitale du Rail : « avant-hier, c’était Thierno Alassane Sall contre Augustin Tine, hier, Pape Ciré Dia contre Augustin Tine, et aujourd’hui, on a l’impression que certains veulent installer une rivalité, voire une inimitié, entre ce même Augustin Tine et Ndèye Tické Ndiaye Diop. C’est inacceptable car l’urgence est de travailler à une unité dynamique entre tous les responsables, aussi bien du département que de la commune ». M. Dramé dit espérer que « Mme Ndèye Tické Ndiaye, que tout le monde connaît, ne va pas entrer dans le jeu de ces jeunes qui gagnent leur vie en cherchant toujours à créer la discorde entre responsables ». D’après lui, le temps utilisé pour se tirer dessus à travers de violents affrontements entre responsables qui refusent d’oublier leurs ambitions personnelles, leurs querelles intestines, d’éliminer les barrières partisanes et claniques, devrait au contraire être investi pour créer une famille soudée et mettre en commun des stratégies de reconquête surtout de la ville de Thiès, qui est un enjeu politique majeur de par son histoire et aussi son poids électoral ».
« Une démarche malpropre » « Dégoûtant » ! C’est le qualificatif qu’utilisent beaucoup de responsables apéristes à la base pour qui « aucun mot n’est de trop pour qualifier le passe-temps favori de cette catégorie de courtisans composée de gens loin de d’être des modèles de droiture et qui sont
perçus dans l’entourage des leaders politiques locaux comme les ‘’faucons de la division’’. Ils sont souvent croisés dans les bureaux, les salons huppés des ‘’patrons’’, et rament contre les intérêts du camp présidentiel à Thiès ». Les mêmes contempteurs de ces courtisans soutiennent que « pour se remplir les poches, de jeunes agitateurs, membres de la Cojer, se singularisent par le mensonge, la calomnie, la mystification, l’hypocrisie. Le jeu favori de ces ‘’encenseurs’’, vomis par toute une population, consiste à poser des actes de nature à saper la marche unitaire dans le camp présidentiel où la cohésion et la synergie d’action semblent céder la place aux égoïsmes et aux projets individuels de positionnement politique. » En tout état de cause, nombreux sont les militants qui pensent que « ces proches du président Macky Sall devraient pouvoir mettre fin à leur guéguerre, prendre de la hauteur, pour ne viser que l’intérêt de Thiès », plutôt que de « prêter le flanc devant des ‘’larbins’’ qui ne gagneraient même pas dans leur propre maison, à fortiori dans la zone où ils habitent. Parce qu’étant des gens sortis de nulle part, presque du néant, sans vécu ni expérience d’une expertise avérée quelconque ». Une « léthargie de Bby à Thiès qui augure déjà une défaite encore plus cuisante aux prochaines locales », selon Mamadou Mbaye, coordonnateur des anciens de l’Alliance pour la République (APR) à Thiès.

Cheikh CAMARA, 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *