Aller à la barre d’outils

Thiès demande au Président de prendre le taureau par les cornes

Thiès, la région qui abrite la principale porte d’entrée aérienne du Sénégal, à savoir l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), est en alerte depuis l’apparition de l’épidémie du coronavirus au Sénégal. Même si la panique ne s’est pas encore totalement emparée de la ville-carrefour qu’est Thiès, les gens se disent quand même « inquiets ». Mais le médecin-chef régional,Dr Malick Ndiaye, lui, se veut rassurant : « La région de Thiès a déjà mis en place un dispositif opérationnel aussi bien dans le cadre de la sensibilisation sur la maladie que pour prendre en charge d’éventuels cas». Les Thiessois conseillent auprésident de la République de prendre ses responsabilités, à travers des mesures drastiques. De mener personnellement le combat.

 

Apparemment, par rapport audispositif opérationnel face à la pandémie du coronavirus,les moyens ne suivent pas au niveau des structures sanitaires de Thiès. Où, visiblement, « il n’y a rien ». C’est ce que semblent confirmer quelques agents de santé croisés au centre hospitalier régional Ahmadou sakhir Ndiéguène. selon eux, « on fait de la littérature. Mais concrètement il n’y a rien ».Dans la cour de l’hôpital régional, le visiteur se rend compte de visu que les médecins et autres agents de santé ne portent même pas de masques de protection comme s’ils minimisaient le risque constitué par l’épidémie. les gens circulent, se serrent la main, comme si de rien n’était. « Où se trouve le matériel de prise de tempéra
ture », demande un certain Mor Diop, venu accompagner un patient. En ville, les gens restent « très prudents». Ils commencent même à éviter les rassemblements publics. « Y a de quoi avoir peur avec cette pandémie qui touche actuellement le monde», confie Doudou Ba, mécanicien, qui pense que « l’épidémie du coronavirus, c’est une chose avec laquelle on ne doit pas badiner». Abdoulaye sow, conseiller départemental, lui, soulève un certain nombre de préoccupations. la première concerne « le dispositif, très limité, inefficace, qui a été mis en place à l’Aibd et n’a pas empêché à un voyageur porteur du virus d’entrer dans notre pays. Ce passager a pris l’avion, est descendu à l’aéroport, a franchi les cameras thermiques et n’a pas été détecté. Ce qui veut dire que ce dispositif a des limites ». Abdoulaye Sow se demande « s’il faut se limiter aux cameras thermiques » et pense que « dès l’instant où quelqu’un a franchi le dispositif mis en place sans avoir été détecté, cela veut dire que d’autres, probablement, l’ont fait ». Son deuxième enseignement pose un problème comportemental. « Nous avons vu que le premier porteur, un français, s’est adressé à une structure sanitaire de la place qui a alerté les autorités compétentes. S’il ne l’avait pas fait, est-ce que les autorités sauraient qu’il y avait un porteur au Sénégal » ? selon un responsable associatif, « souvent ce sont des problèmes de moyens qui empêchent les gens d’aller se faire consulter. Car nous, le reflexe que nous avons quand nous souf
frons de fièvre, c’est de prendre du paracétamol, du doliprane. Tant qu’on n’est pas en phase terminale, on n’est pas évacué dans une structure sanitaire. Par contre, pour l’européen, lui, son habitude, c’est que dès qu’il sent un petit souci médical, il va voir un médecin». Et de se demander « s’il n’y a pas d’autres sujets qui ne sont pas français, qui n’ont pas le même reflexe sanitaire que le premier malade, qui sont porteurs et se trouvent dans la nature» ? le faitque ledispositif mis en place à l’Aibd soit incapable de détecter les signaux qui montrent que tel ou tel est un porteur du virusinquiète les habitants de la région de Thiès. Pour cause, expliquent-ils, ils sont sur la ligne de front, à savoir dans les environs de la zone de l’aéroport et sont les premiers être en contact avec les voyageurs en provenance de l’extérieur. Peur chez les populations A Thiès, les populations disent avoir « peur » car, selon elles, « le pays semble ne pas disposer d’un système de santé performant aussi bien au niveau hospitalier que dans les districts et postes de santé pour prendre en charge la maladie». Pour preuve de cette inquiétude, c’est comme des petits pains que les produits antiseptiques se sont arrachés. Des produits devenus introuvables au niveau des rayons des grandes surfaces et des pharmacies. les populations qui disent attendre du gouvernement certaines mesures. « Vu que le virus corona ne donne des signes qu’au moins 14 jours après la contamination, est-ce qu’il ne serait pas mieux que le président de la République prenne ses res
ponsabilités, à travers des mesures drastiques, en fermant les écoles, interdisant les regroupements publics, ne serait-ce que pour deux semaines, la phase d’incubation du virus, pour qu’on puisse savoir qui est porteur ou pas ? Toutes les manifestations publiques doivent être systématiquement interdites. Toutes les écoles, les universités, les établissements de formation, entre autres, doivent être fermés pour 14 jours. Sans oublier l’interdiction des marches, des foires, etc. Il doit mener le combat personnellement… » le médecin chef de région, Dr El Hadj Malick Ndiaye, par rapport au dispositif de surveillance et de riposte mis en place au niveau de la région de Thiès, rassure que « des mesures fortes ont été prises au niveau de l’Aibd où un dispositif de prise en charge et de surveillance des personnes venant de Chine a été mis en place ». Mieux, ajoute-t-il, les quatre districts prioritaires se trouvant dans la zone de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), l’une des portes d’entrée du pays, sont en alerte maximale pour se prémunir de la maladie. Il s’agit des districts de Pout, Popenguine, Mbour et Khombole. Autre mesure : la brigade d’hygiène de Thiès investit tous les coins et recoins de la cité du Rail pour procéder à des opérations de sensibilisations et d’information sur les règles d’hygiène à observer en ce contexte d’épidémie de coronavirus, en plus d’opérations de désinfection et de désinsectisation, d’installation de matériel de lavage des mains.

Cheikh CAMARA LE TÉMOIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *