Aller à la barre d’outils

SAMBA SOW DÉSIGNE UN DÉPUTÉ COMME COMMANDITAIRE DU MEURTRE : « J’AI ÉTÉ SACRIFIÉ… »

Le procès du présumé meurtrier de Fatoumata Matar Ndiaye s’est ouvert, mardi, à la chambre criminelle de Dakar. À l’interrogatoire d’audience, l’accusé Samba Sow a nié avoir égorgé Fatoumata Mactar Ndiaye mais, il reconnait l’avoir poignardée. « C’est le marabout qui l’a tuée. Il habite à SIPS mais je ne connais pas sa maison. Jusqu’à la Cour de la Haye, j’assumerai que la députée Awa Niang et ma tante Fatou Sow sont derrière ce crime. Elles me donnaient, parfois, des portions magiques, pour que je les verse dans le véhicule de la dame. Certes, je n’en ai jamais parlé à cette dernière mais je refusais toujours de faire ce qu’elles me demandaient », a expliqué l’accusé devant le prétoire.

Mais pour le juge, l’accusé fait des accusations gratuites d’autant qu’il ne donne aucune preuve de ses accusations. « Tu fais des accusations gratuites. Si vous nous apportez les preuves de vos allégations, on suspend l’audience et ordonne un complément d’enquête. Mais jusqu’à présent, tu ne nous dis pas l’implication de Awa Niang et de Fatou Sow dans cette affaire », lui a fait savoir le juge. L’accusé a également refusé de se prononcer sur son mariage qui l’aurait poussé à commettre ce crime. « Je ne parlerai pas de ce mariage car, tout ce qui est dit sur ce sujet n’est pas exact. Je ne tuerai jamais pour les beaux yeux d’une fille. Je ne suis pas un criminel. J’ai une mère. J’ai été sacrifié mais, je règlerai cela avec elles », menace l’accusé.

Invité à interroger l’accusé, le parquet estime que celui est de très mauvaise foi et il ne regrette en rien son acte. « Tu n’as pas de sentiment et tu es un grand menteur. Tu as commis tes actes au lieu d’assumer, tu accuses à tort les gens », a remarqué le procureur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *