Aller à la barre d’outils

Rencontre Serigne Saliou Mbacké -Cheikh Béthio Thioune : Un 17 avril indélébile

Il y a des événements qui ne se produisent qu’une seule fois dans la vie et c’est vraisemblablement le cas de la rencontre historique entre Serigne Saliou Mbacké et Cheikh Béthio Thioune. C’était le 17 avril 1946 à Tassette localité située dans le département de Mbour et dont la portée temporelle et spirituelle reste inintelligible. Depuis, jour pour jour, de son vivant jusqu’à son rappel à Dieu, Cheikh Béthio Thioune en a fait un événement sacerdotale, une mission salvatrice.
Très proche du dernier fils de Khadimou Rassoul sur terre, Cheikh Béthio qui est né en 1938 à Madinatou Salam localité située dans le département de Mbour région de Thiès, a longtemps suscité interrogations au sein de l’orthodoxie mouride avec ses «mots» qu’il utilisait pour décrire Serigne Saliou Mbacké son protecteur. De ses tournées voit le jour les «Thiantacounes», un terme wolof qui signifie littéralement «ceux et celles qui rendent grâce à Allah».
Rencontre Serigne Saliou Mbacké et Cheikh Béthio Thioune
Sa rencontre avec Serigne Saliou Mbacké un 17 avril 1946, marque le début de son compagnonnage spirituel avec Borom Khelcom et va bouleverser sa vie. Il fait allégeance au saint homme et le vénère. Cheikh Béthio Thoiune, c’est l’histoire d’une vie dédiée à Serigne Saliou. «Je ne connais rien je ne sais rien, tout ce que je sais tout ce que je connais c’est lui qui me l’a inculqué», disait-il. Promu au rang de Cheikh, il a parcouru le pays et le monde pour prêcher la «bonne nouvelle» venait faire allégeance à Serigne Touba parlant de son guide Serigne Saliou.
Il revendique même des millions de disciples et célèbre chaque 17 avril sa rencontre avec Serigne Saliou Mbacké à Tassette localité dans le département de Mbour. Et, très vite des dahiras naissent dans les écoles universités. Le mouvement prend de l’ampleur et devient puissant et acquiert une autonomie financière. Il est d’ailleurs à l’origine des «Berndé» à l’occasion du grand Magal de Touba sous le khalifat de Serigne Saliou d’abord avec des milliers de bœufs poulets, chameaux et toutes les races de petits ruminants sont immolés lors du grand Magal de Touba pour rendre grâce à Dieu.
Parcours de Cheikh Béthio Thioune
Dans son parcours scolaire et universitaire Cheikh Béthio Thioune a fait ses classes le 3 novembre 1947 à l’école française régionale de Mbour jusqu’au CE2 en 1952, puis passe et obtient à Thiès son certificat d’étude primaire qui précède son passage en sixième en 1955 au lycée moderne de Thiès devenu Malick-Sy.Il décroche son BEPC (actuel BFEM) en 1959 et suit sa seconde au lycée Faidherbe de Saint-Louis. L’année suivante, il intègre Van Vollenhoven (devenu lycée Lamine-Gueye) et brièvement le lycée Delafosse de Dakar.Il débute comme instituteur, avec comme première affectation à Agnack, à quelques encablures de Ziguinchor, où il devient chargé d’école pendant deux ans. Il retourne à Thiès à l’école des champs de course avant de quitter l’enseignement pour des raisons politiques. Il est ensuite délégué médical, puis revient dans la fonction publique comme directeur de l’animation rurale à Méwane dans le département de Tivaouane et inspecteur de l’expansion dans le Sine-Saloum durant cinq ans.Après une formation professionnelle à l’École nationale d’Économie appliquée (ENEA) en 1973, il est inspecteur d’animation dans le département de Tivaouane, puis inspecteur régional du ministère de la Jeunesse et des Sports à Dakar1.Élève de l’École nationale d’administration et de magistrature, il sort diplômé de la promotion Gabriel D’arboussier, en 1976, aux côtés d’Ousmane Tanor Dieng, et intègre le ministère de l’Intérieur comme administrateur civil. Il est alors nommé administrateur municipal de Diourbel, où il organise en 1977 la première fête de l’indépendance du Sénégal organisée hors de la capitale, présidée par le président Senghor, puis est affecté successivement comme administrateur à Kaolack, secrétaire général de la commune de Pikine, et secrétaire général de la communauté urbaine de Dakar.
Le pacte d’allégeance de Cheikh Béthio à Serigne Saliou Mbacké
Cheikh Béthio est surtout connu avec Serigne Saliou Mbacké dernier fils de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké fondateur de la Mouridisme, qui fut le 5e khalife du mouridisme.Disciple fidèle de Serigne Saliou Mbacké, il organise durant plusieurs années à Dakar des manifestations, Sant Serigne Saliou (« rendre grâce à Serigne Saliou »), durant laquelle des centaines de moutons et bœufs sont tuées pour le compte de milliers d’invités.C’est d’ailleurs vers les années 80 que Serigne Saliou Mbacké élève Béthio Thioune au rang de Cheikh plus exactement en 1987 au daara de Ndiapndal. Il serait le premier cheikh investi par Serigne Saliou depuis le dernier cheikh investi par Cheikh Ahmadou Bamba en 1922.Après 38 ans de carrière administrative, il est admis à faire valoir ses droits à la retraite en janvier 1996 en qualité d’administrateur civil principal de classe exceptionnelle. Il s’installe à Touba, dans le village de Dianatoul Mahwa où il reçoit du khalife général une grande concession foncière autour de laquelle il construit un véritable quartier.
Les déboires de Cheikh Bétgio Thioune avec Dame Justice
Cheikh Béthio va connaitre des déboires judiciaires avec le double meurtre de Médinatoul Salam ou deux de ses disciples vont trouver la mort Bara Sow et Ababacar Diagne dans des affrontements entre talibés ans la nuit du 22 au 23 avril 2012 dans sa résidence de Médinatoul Salam à Mbour. Arrêté et placé sous mandat de dépôt le 26 avril 2012, le guide des Thiantacounes bénéficie le 21 avril 2013, d’une liberté provisoire assistée d’un contrôle judiciaire. Le procès du double meurtre de Médinatoul Salam a débuté le 23 avril et après deux semaines de plaidoiries et de réquisition la Chambre criminelle du tribunal de Grande instance de Mbour a rendu son verdict. Cheikh Béthio est reconnu coupable de complicité de meurtre et non dénonciation de crime et condamné à 10 ans de travaux forcés et la séquestration de ses biens.
Rappel à Dieu de Cheikh Béthio Thioune et son héritage
Âgé de 81 ans, Cheikh Béthio Thioune est décédé le mardi 7 mai 2109 des suites d’une longue maladie à l’hôpital de Bordeaux où il était soigné. L’héritage du défunt et vénéré Cheikh Béthio Thioune repose désormais sur une gestion concurrentielle entre son ainé, Serigne Saliou Thioune, Khalife légitime du Cheikh et son épouse Sokhna Aida Diallo, estampillée “diawrigne universelle”. A l’origine de cette scission, les actes posés par le Cheikh de son vivant. Autant qu’il était très proche de son fils, autant il était davantage proche de son épouse Sokhna Aida qu’il a fini par élever au rang de Cheikha. Un rang qui avait soulevé à l’époque des vagues au sein de l’establishment mouride et de certains sénégalais. Mais ironie du sort, arraché à l’affection des Sénégalais, Cheikh Béthio est parti sans être parti car, il a imprimé ses marques par la grâce de Serigne Saliou Mbacké. Le mouvement des Thiantacônes s’est même internationalisé et le Cheikh aurait scellé des milliers de mariages partout où il passait. Aujourd’hui qu’il n’est plus de ce monde, les conséquences de la division des Thiantacônes entre son Khalife Serigne Saliou Thioune et Sokhna a Aida Diallo continuent d’entrainer beaucoup de divorces en son sein.

Thierno Ababacar Hanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *