Aller à la barre d’outils

PROFIL – Mory Kanté : Pluies d’hommages pour l’icône de la musique guinéenne

Né en Guinée en 1950, près de Kissidougou au sud de la Guinée,  Mory Kanté est l’héritier de la tradition des griots, les « djéli » du Mandé, empire d’Afrique de l’Ouest qui s’étendait depuis la côte atlantique jusqu’à la région de Gao. D’origine malienne, sa mère Fatouma est la fille de Djéli Mory Kamissoko, chef spirituel des griots. C’est le vieil homme qui baptise l’enfant et lui transmet son propre nom.
Mory Kanté, Premier Africain à avoir vendu 1 million de singles
Mory suit l’école française et apprend à jouer du balafon, l’instrument fétiche des Kanté car il permet d’établir la communication avec l’univers. Il est envoyé dès 7 ans chez sa tante au Mali afin d’être initié aux rituels traditionnels, au chant et au balafon. À 15 ans, il se fait connaître en jouant dans le groupe local The Apollos, quelques années avant d’intégrer le fameux Super Rail Band de Bamako en tant qu’instrumentiste puis chanteur, après le départ de Salif Keïta en 1973. Rencontrant un vif succès sur le continent, il entreprend de moderniser les airs traditionnels en y insufflant des rythmes occidentaux et, malgré la désapprobation des anciens, il électrifie sa kora.
Dès 1987, il fait danser le monde entier avec son « Yéké Yéké », issu de son cinquième album, Akwaba Beach. Premier Africain à avoir vendu 1 million de singles, récompensé par une Victoire de la musique en 1988, il ne cessera de tourner à travers le monde.
En 2001, Mory Kanté a été nommé Ambassadeur de bonne volonté de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dont l’objectif est construire un monde libéré de la faim.
Avec 12 albums à son actif, Mory Kanté va signer son dernier album  avec pour titre La guinéenne après huit années d’absence, sorti le 30 avril 2012. Dans cet opus de onze titres enregistré dans la banlieue de Conakry, le « griot électrique » revient au grand orchestre et aux instruments traditionnels, tels que la flûte fulani, le balafon mandingue et, bien sûr, sa vieille kora. Une ode aux femmes d’Afrique et d’ailleurs, encore trop négligées selon lui malgré leur dévouement pour la société.
La star guinéenne, a rendu l’âme ce vendredi 22 mai 2020 par suite de maladie et était âgé de 70 ans. Il laisse derrière lui  un héritage culturel inépuisable. Son titre  mythique « Yéké Yéké », sorti à la veille du début des années 90 a eu un écho planétaire.
Mory Kanté reste une figure incontestable de la musique africaine voire mondiale.  Avec son talent, il a su porter haut le flambeau de la culture guinéenne en général et celle mandingue en particulier.
Salif Keita : « le monde a perdu une véritable icône de la #culture #mandingue et #guinéene »
Des après cette disparition, le président guinéen Pr Alpha Condé, dans une publication, a rendu un hommage à l’artiste. Mory Kanté. « La culture africaine est en deuil. Mes condoléances les plus attristées… Merci l’artiste. Un parcours exceptionnel. Exemplaire. Une fierté », a écrit le président guinéen.
L’artiste malien à la voix d’or Salif Keita avec qui il a partagé la scène au niveau du super Rail Band de Bamako a aussi exprimé sur sa page Facebook son émotion avec cette disparition. « Toujours sous le choc de cette très mauvaise nouvelle. #MoryKante était mon frère. Nous sommes ensemble depuis le #RailBand et il était réellement la famille. On a Perdu, le monde a perdu une véritable icône de la #culture #mandingue et #guinéene. C’est une perte énorme. Repose en paix mon frère » a réagit Salif Keita.
Le lauréat du prix découverte RFI de 2016 et beau-fils du célèbre artiste, Soul Bang’s lui a aussi rendu un hommage dans une publication. « Tu as fièrement représenté ton pays par ta musique à travers le monde entier. Et tout ce que tu demandais en retour était qu’une reconnaissance de ce pays à ton égard ! C’est donc bien ce que tu sais faire de tes fils qui se battent pour ton honneur ma très chère Guinée ?  Dors en paix PA MORY et merci pour tout car tu as tout fait pour ton pays et tes fils, tu continueras à vivre dans les cœurs pour toujours et Qu’Allah t’accueille dans son paradis » a écrit l’artiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *