Aller à la barre d’outils

Pandémie Coronavirus : Un Phénomène global et social

Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et Macky Sall ont un trait commun. C’est d’avoir compris que la répétition d’une idée-force est toujours pédagogique. Elle permet, la répétition, aux populations d’en opérer une appropriation active et vivante. Pour Senghor, c’était le métissage culturel par l’ouverture et l’enracinement. Abdou Diouf portait en bandoulière son moins d’Etat- plus d’Etat. Quant à Maitre Wade, il était le centre de l’Etat providence. Aujourd’hui le Président Macky Sall, ayant compris très vite les enjeux globaux qui se tissent a pris le char d’assaut pour conduire les troupes africaines dans la renégociation d’un nouvel ordre mondial. Il s’agit de quoi, aujourd’hui?

Il s’agit, et le Président Sall l’a bien montré à travers son interview à France24, d’aller à contre-courant d’un afro pessimiste rampant qui clame à hue et à dia le futur d’une Afrique en déclin permanent. Dans cette guerre de mouvement contre un phénomène global et social qu’est la pandémie du coronavirus, son plan stratégique se décline en 3 points cardinaux :

  1. Au plan Social :

En touchant tous les aspects de la vie, la santé, l’éducation, la production, le logement, les loisirs, les croyances… la pandémie a plongé les populations dans l’abime d’une précarité sans précédent en Afrique et au Sénégal. La généralisation de l’ébranlement des hommes et des femmes menace à son tour la sécurité des populations et de l’Etat. C’est pour toutes ces raisons que le Président Sall dans son bilan d’évaluation des effets de la pandémie a continué à sonner l’alerte. La capacité de notre pays à juguler définitivement le virus de la mort réside dans le respect de la discipline communautaire et des protocoles de protection recommandés par les instances sanitaires.

  1. Au plan économique :

La problématique d’un nouvel ordre mondial s’impose dans la conscience de tous les dirigeants du monde. Comme l’a dit le polytechnicien Jacques ATTALI ancien conseiller du Président Mitterrand : « il s’agit de passer de l’économie de la survie à l’économie de la vie ».

La relance des secteurs vitaux comme la santé, l’agriculture, l’éducation, le logement et la sécurité s’avère une urgence nationale et mondiale.

  1. Au plan politique :

Le Président Macky Sall à travers son discours a ré-axé la communication institutionnelle sur les objectifs d’émergence globale. Quitter le terrain de la surenchère politicienne ou populiste pour prendre la trajectoire d’une pensée globale qui doit féconder les politiques publiques.

 

L’introspection doit être collective et individuelle. Colère de Dieu sous forme de virus ou expiation de nos fautes de gouvernance, l’une dans l’autre, la réponse à la problématique demeure l’homme. L’homme face à son avenir. La démocratie est en train d’assister à la dislocation impitoyable de ses fondements : le rassemblement et le rapprochement des nations. Aujourd’hui le confinement, les gestes barrières et la fermeture des frontières ont élu Cité au cœur de la République.

Le Président Macky Sall a des arguments forts pour exercer un leadership efficient parmi ses pairs. Parmi les secrets que la pandémie va révéler au monde entier figure la faiblesse des pseudo-puissances de ce monde et le courage opérationnel des nations africaines.

Les performances du corps médical du Sénégal et de sa classe politique en disent long sur la réalité de son leadership en puissance.

 

MASSAER GAYE. responsable des jeunes de SIGGI JOTNA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *