Aller à la barre d’outils

Meurtre a Notto-Gouye-Diama Djibril Mbaye affreusement assassiné à coups de machette par un prétendu ami Ousseynou Diop

Un meurtre d’une rare cruauté survenu tard dans la journée du dimanche 9 aout 2020, suite à une altercation, au village de Thirane Tanghor, dans la commune de Notto-Gouye-Diama (département de Tivaouane), a abrégé la vie à Djibril Mbaye. Un jeune homme d’une quarantaine d’années, qui aurait été sauvagement abattu à coups de coupe-coupe par un prétendu ami, Ousseynou Diop. Après son forfait le meurtrier présumé, toujours introuvable, a pris ses jambes à son cou, disparaissant dans la nature. Le défunt jeune homme de quarante ans, djibril mbaye, aurait été monstrueusement assassiné à coups de machette par son prétendu ami, ousseynou diop. Le drame serait survenu suite à un échange de propos amers, offensants, entre les deux « amis ». Le meurtrier, pour le moment en cavale, aurait d’abord menacé son vis-à-vis avant de passer à l’acte. il lui aurait asséné plusieurs coups de coupe-coupe sur des parties sensibles du corps, jusqu’à même lui sectionner un doigt. Le vrai mobile des faits n’est pas encore connu, mais d’aucuns soupçonneraient une affaire de jalousie à l’origine. c’est, dirait-on, pendant que la victime était en train de charger son téléphone portable chez une certaine dame qu’une altercation devait éclater entre les deux «copains». crime passionnel ou crapuleux ? Le drame, en tout cas, a tout l’air d’une fiction tragique, tellement les faits sont incroyables. en effet, le crime est sans motif apparent, d’autant qu’on ne parle
que de propos « discourtois » entre les deux hommes. Leurs voisins n’arrivent en tout cas pas encore à s’en remettre, ni à comprendre le véritable
motif du crime. Le mis en cause est actuellement très recherché par les éléments de la Gendarmerie de tivaouane et de la brigade de notto-Gouye-diama, qui certainement ne tarderont pas à retrouver sa trace pour éclairer sur ses véritables motivations. Le corps sans vie de djibril mbaye a été déposé à la morgue de l’hôpital mame el Hadji abdoul aziz sy dabakh de tivaouane par les éléments de la caserne des sapeurs-pompiers de la cité religieuse. une enquête a été ouverte par les limiers.

Cheikh Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *