Aller à la barre d’outils

Les cinq femmes « kidnappées » à Touba étaient à une « piscine party » au Lac Rose, le « ravisseur », l’amant de…

Libération informe que Mame D.n (19 ans), niana f. (18 ans), Mame f.n(15 ans),Mbayangn.(14 ans) et astou n. (14 ans) n’ont jamais été enlevées. c’est Mame D.n, la plus âgée, de surcroît mariée malgré son jeune âge, qui a ourdi tout le plan avec son… amant, avant d’embarquer le reste du groupe.

 

Vendredi dernier, la brigade de gendarmerie de Touba a émis un avis de recherche nationale après un signalement
reçu de la famille des « disparues ». Dimanche, elles sont retrouvées à Keur Mbaye Fall, au niveau de l’arrêt serigne
Babacar sy.
Dans la soirée, la brigade de gendarmerie de la Zone franche les expédie, à 2 heures du matin, vers la cité religieuse où le dossier est pris en charge par la brigade de gendarmerie de Touba.

Une version tronquée

Entendues, les cinq « victimes », qui habitent la même maison, servent une version identique. Elles racontent que le jour des faits, elles ont été embarquées de force dans une voiture 4×4, de couleur noire, à hauteur de l’arrêt tata numéro 4 de Darourahmaty, alors qu’elles se rendaient à la grande mosquée de Touba pour une ziarra. Selon elles, après avoir roulé pendant quelques minutes, le chauffeur, qui était seul, aurait arrêté la voiture,pour ouvrir la malle arrière. et ce serait en ce moment qu’elles auraient,toutes les cinq, perdu connaissance.

Le « ravisseur » était l’amant

Une légende qui comporte plusieurs incohérences d’autant que l’une des victimes a échangé, à deux reprises avec sa
maman, alors qu’elle prétendait avoir perdu connaissance.

Mieux, les gendarmes ne croyaient pas qu’un seul «ravisseur», sans arme, pouvait embarquer de force, et d’un seul
coup, cinq personnes, dans une voiture. Il n’en fallait pas plus pour que Mame D.n (19 ans), passe aux aveux. en fait, le
« ravisseur » se trouve être son amant caché et ils avaient tout manigancé pour passer un «bon week-end »…au Lac
rose. Pendant que leurs parents s’inquiétaient, les filles participaient d’ail- leurs à une «piscine party ». Les enquêteurs tentent de déterminer si les deux mineures ont été « détournées » durant ce week-end particulier. Mame D.n jure que non mais les investigations se poursuivent même si un gynécologue, requis à cet effet, confirme que les deux mineures n’ont subi aucune pénétration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *