Aller à la barre d’outils

LE MILLIARDAIRE AYANT DÉMARRÉ LA CONSTRUCTION D’UN CENTRE DE CONTRôLE TECHNIQUE DE VÉHICULES SANS AVOIR OBTENU UNE AUTORISATION

Le préfet de Thiès fait lever par la Dscos le chantier de Mbaye Guèye «EMG»

 

Le milliardaire Mbaye Guèye, patron de l’entreprise «EMG», malgré son insistance acharnée auprès du préfet du de Thiès, Moussa Diagne, n’est toujours pas parvenu à rencontrer ce dernier. Le maitre des lieux, lui a non seulement catégoriquement refusé l’accès à son bureau, mais encore a donné des instructions à la Dscos pour fermer définitivement le chantier entrepris par le richissime homme d’affaires pour construire un centre de contrôle technique de véhicules, sur l’avenue de Caen, à l’entrée de la ville aux-deux-gares

C’est à travers un forcing suite à une procédure biaisée que le milliardaire Mbaye Guèye, propriétaire de l’entreprise «EMG», avait voulu commencer les travaux de son projet de construction

d’un centre de contrôle technique de véhicules à Thiès. Hélas pour lui, les populations des quartiers Grand-Standing et Route de Dakar2 se sont levées pour s’opposer à cette construction

et, plus généralement, pour sécuriser ce qui reste de l’assiette foncière sur la belle avenue de Caen longue de 4,7 km. Mais il y a plus grave pour le célèbre vendeur de véhicules puisque ni le

préfet du département de Thiès, Moussa Diagne, habilité à faire le contrôle de légalité, ni le chef du service régional de l’Urbanisme n’étaient au courant d’un tel projet. C’est pourquoi

l’autorité préfectorale n’a pas hésité à donner des instructions à la Descos pour, suite à l’arrêt des travaux, procéder à la levée définitive du chantier. Le Receveur des Domaines, Djiby Sy,

aurait délivré au promoteur une attestation d’attribution sur la base d’une procédure qui n’aurait pas suivi la voie normale. Une décision que les populations considèrent « nulle et non avenue

». Et de se demander : « sur la base de quelle délibération le Receveur s’est-il permis de délivrer cet acte » qualifié d’« illégal » puisque le dossier n’aurait pas reçu un avis favorable des

services techniques de l’Etat. Selon nos sources, « il n’y a donc que les mairies de Ville et de Thiès- Ouest qui sont au courant » de ce projet. Les populations soutiennent que « le promoteur

Mbaye Gueye, sur la base d’une ‘’délibération illégale’’, a obtenu une attestation nulle et non avenue, un titre précaire ». Par conséquent, ils demandent à l’Etat de « révoquer cette attribution

parce qu’on a tous les éléments de preuves que la procédure est illégale ». Saliou Ndiaye, membre de la coordination nationale du mouvement Y En A Marre, et ses camarades, tous habitant

Grand-Standing et Route de Dakar2, lancent un appel au chef de l’Etat, qui a récemment sonné l’alarme par rapport à « la gestion foncière au niveau des collectivités territoriales », pour «

prendre ses responsabilités face aux dérives de nos maires ». Selon eux, « l’intérêt et l’avenir de Thiès résident dans le maintien d’un grand projet de la Direction du Cadre de vie et des

Espaces verts urbains, à la demande de la mairie de Ville de Thiès, en 2017- 2018, qui a été chiffré à hauteur de 4,5 milliards de FCFA. Un nouveau projet d’aménagement paysager du bois de

ville, sur l’avenue de Caen, qui est une préoccupation majeure des populations et une demande concrète émise par les pouvoirs publics.

Lettre d’opposition au Président Macky Sall

Dans une « lettre d’opposition d’érection dudit centre », adressée au président de la République, M. Macky Sall, le Collectif des habitants du quartier « RTE DAKAR 2 », à Thiès, estime

qu’« ériger un centre de contrôle technique de véhicules automobiles sur un site devant abriter des aménagements publics paysagers pourrait contribuer au renflouement des recettes

communales », certes, mais mettent en garde en soutenant que « nous, habitants de Grand Standing et de Route de Dakar2, nous nous préoccupons des risques énormes auxquels ce

complexe nous exposerait » et de poursuivre : « ce site jadis promu pour abriter le bois de ville de Thiès pourrait entre autres servir de parcours sportif avec un aménagement paysager.

En sus de cela, nous pensons que l’installation d’une telle plateforme serait la continuité d’une spoliation foncière sans fin de toute cette bande de terre qui fait office de porte d’entrée de la

belle ville de Thiès ». Le Collectif des habitants du quartier « RTE DAKAR 2 » dit « n’avoir rien contre le promoteur. Il est Sénégalais et a un bel esprit d’initiative qu’il met au service

de l’économie nationale ». Toutefois, s’indigne-t-elle de « l’indifférence des autorités qui lui ont attribué ce terrain face aux préoccupations des riverains en termes de santé, de commodités,

d’environnement et de bien-être tout court ».

Bien » au « rigoureux » préfet de Thiès

Le membre de la coordination nationale du mouvement « Y En A Marre », Saliou Ndiaye, et les

populations des quartiers Grand- Standing et Route de Dakar2, remercient le préfet du département de Thiès, Moussa Diagne, d’avoir « usé de son pouvoir pour stopper cette procédure

teintée d’illégalité ». Ils l’encouragent à « poursuivre cette dynamique salutaire consiste à maintenir la rigueur de la légalité des procédures administratives et à veiller à garantir

le respect de la volonté des administrés ». Ces populations, organisées au sein d’associations de jeunesse, de mouvements de femmes et de personnes âgées, comptent démarrer sous peu

certains travaux d’aménagement sur ladite avenue, sur fonds propres provenant de contributions volontaires.

A signaler que la semaine dernière, un groupe de cinq individus résidents de Route de Dakar2, se présentant comme « Les volontaires du développement économique, culturel et sportif »,

dont Jean Christophe Senghor, El Hadj Birane Ndiaye et Bassirou Traoré qui, lui, serait le fils du délégué du quartier, ont tenu un point de presse sur le site, pour approuver et encourager ce

projet de construction du centre de contrôle technique automobile du patron de l’entreprise « EMG ».

Cheikh CAMARA, TÉMOIN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *