Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

TENSIONS – Des affrontements ont éclaté vendredi soir entre la police israélienne et des Palestiniens sur l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem. Ces manifestations sont les plus violentes à Jérusalem depuis plusieurs années.

 

Des heurts entre Palestiniens et policiers israéliens ont fait au moins 180 blessés vendredi soir à Jérusalem, ont annoncé les secouristes et la police locale. Dans une dernière mise à jour, le Croissant-Rouge palestinien a fait état de 175 manifestants blessés, dont plus de 80 ont dû être transportés à l’hôpital, tandis que la police israélienne a compté six blessés dans ses rangs.

Les affrontements se sont produits sur l’Esplanade des Mosquées et dans le quartier de Cheikh Jarrah, théâtre de protestations ces derniers jours contre une possible éviction de familles palestiniennes au profit de colons israéliens.

Des « centaines d’émeutiers ont lancé des pierres, des bouteilles et d’autres objets en direction des officiers qui ont riposté », a indiqué la police israélienne. Le porte-parole de la police, Wassem Badr, a évoqué des « troubles violents ».

« Nous tenons Israël pour responsable des dangereux développements dans la Vieille Ville », a de son côté déclaré le président palestinien Mahmoud Abbas, qualifiant les Palestiniens rassemblés sur l’esplanade de « peuple héroïque ».

AFP
Des affrontements ont lieu également à la porte de Damas, l’une des entrées de la Vieille Ville à Jérusalem-Est, ont constaté des journalistes de l’AFP.

L’UE appelle à la désescalade de « toute urgence »

L’Union européenne a appelé samedi Israel à agir de « toute urgence » pour une désescalade des tensions. « La violence et l’incitation sont inacceptables », explique dans la un communiqué le porte-parole du chef de la diplomatie européenne.

Un lieu ultra-sensible

L’Esplanade des Mosquées, appelée Mont du Temple par les juifs, est un lieu ultra-sensible surplombant la Vieille ville de Jérusalem. Située dans le secteur oriental, palestinien, occupé et annexé par Israël depuis 1967, elle est le troisième lieu saint de l’islam après la Grande Mosquée de La Mecque et la mosquée du Prophète de Médine, en Arabie saoudite.

Les règles tacites du statu quo hérité du conflit de 1967 autorisent les musulmans à monter à toute heure du jour et de la nuit sur l’esplanade et les juifs à y pénétrer à certaines heures mais sans y prier.

Les heurts sur l’esplanade sont rares, mais peuvent rapidement dégénérer. Les derniers affrontements entre policiers israéliens et fidèles sur l’esplanade des Mosquées remontent à août 2019 et avaient fait des dizaines de blessés palestiniens, le jour d’importantes commémorations juive et musulmane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *