ILS S’ÉTAIENT MOBILISÉS POUR LUI DEMANDER DE RÉGULARISER LEUR SITUATION Les impactés de Mbour 4 Extension zappés par le chef de l’Etat

Ils s’étaient mobilisés dans la plus grande discipline pour accueillir le président de la République ! Les impactés de la forêt classée de Mbour 4 Extension, dans la commune de Thiès-Ouest, dont 300 constructions dites irrégulières leur appartenant avaient été détruites par la Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation des sols (Dscos), tenaient à lui rappeler sa promesse non encore tenue. Mais quelle ne fut leur déception face au traitement blessant qu’ils ont essuyé. L’hôte de marque de la cité du Railles a en effet superbement ignorés tout simplement.

Une chose est sûre : les responsables du collectif pour la défense des intérêts des 2500 occupants de la zone qui s’étaient mobilisés, mardi dernier, pour réclamer la libération de certains de leurs membres toujours entre les mains de la justice et la régularisation des personnes victimes de démolition, sont restés sur leur faim. Macky Sall n’a pas daigné, en effet, se prononcer sur leur dossier. Pour rappel, l’affaire avait débuté en 2006 et constitue, selon les concernés, la plus grande escroquerie foncière de l’histoire de la ville de Thiès.
L’équipe municipale d’alors avait morcelé le site de la forêt classée de Thiès et remis des titres d’attribution à des citoyens qui avaient ensuite engagé des travaux de construction. Un scandale foncier qui a été révélé au grand jour en octobre 2014. Ceci, suite à une première opération de démolition ordonnée par l’équipe municipale de Thiès-Ouest fraîchement élue. Laquelle comptait ériger sur le site un marché central aux poissons. Depuis lors, les quelque 2 500 pères de famille occupant l’endroit livrent un infatigable combat pour la régularisation de leur situation.
La promesse non encore retenue du chef de l’Etat Le 18 décembre 2017, lors de la cérémonie de lancement des travaux du projet Keur Momar Sarr 3 (KMS3), le président de la République avait accédé à la demande des populations du quartier Mbour 4, promettant le déclassement de la zone (67 ha) à l’effet de régulariser ceux qui étaient affectataires de parcelles et qui, du fait d’être installés dans une forêt classée, n’avaient pas la possibilité d’accéder à une autorisation de construire. « C’est lui-même, Macky Sall, qui, en réponse aux doléances des attributaires de parcelles de Mbour 4 Extension, les avait encouragés. « Je voudrais vous rassurer et vous dire que vos préoccupations seront prises en charge. J’ai demandé au gouverneur de la région de Thiès de prendre les disposions nécessaires pour vous affecter les terrains sur lesquels vous avez déjà édifié vos maisons. Considérez que votre problème a trouvé solution, vous pouvez dormir tranquilles », avait rassuré Macky Sall.
Sur la base de cette déclaration présidentielle, certains occupants avaient fait des prêts bancaires pour achever leurs travaux. D’autres avaient dépensé leurs maigres ressources pour se construire un toit. « Aujourd’hui, quatre ans après la promesse présidentielle, le décret de déclassification n’est toujours pas pris et on leur détruit tout ce que nous avons d’une manière atroce et inhumaine », se désole un victime qui est devenu un sans domicile. Lorsque le président de la République avait promis le déclassement de la zone à l’effet de régulariser la situation de ceux qui ne pouvaient pas avoir d’autorisation de construire, beaucoup de gens se sont engouffrés dans la brèche pour occuper le reste de la forêt classée. Et durant tout ce temps-là, les services de l’Administration, notamment la Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation des sols (Dscos), n’ont cessé de mettre en garde que ladite zone, sauf déclassement, ne pouvait pas abriter des parcelles à usage d’habitation. n’est pas encore propre à toute forme de construction. Des sommations avaient été servies en même temps que des communiqués étaient régulièrement diffusés pour rappeler la réglementation afférente à l’occupation du sol, à la construction… Hélas, les occupants avaient toujours fait la sourde oreille. De guerre lasse, et après les sommations règlementaires, l’Administration s’est donc résolue à procéder aux démolitions qui s’imposent. Ainsi, 300 construites avaient été réduites en poussière par les Bulldozers. L’enquête administrative ouverte par la suite a établi que des spéculateurs avaient vendu en parfaite connaissance de cause des terrains sur ce site se trouvant dans une forêt classée. Certains parmi eux sont en prison.
C’est sur leur sort ainsi que sur la régularisation de la situation administrative de leurs parcelles que les impactés de Mbour 4 Extension comptaient interpeller le président de la République lors de sa visite à Thiès mardi dernier. Hélas, Macky Sall les a tout bonnement ignorés…

Cheikh CAMARA, Temoin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *