HABIB NIANG, CANDIDAT A LA MAIRIE THIES-NORD «Si je suis élu, je ne toucherais pas à mon salaire de maire…»

« Si je suis élu à la tête de la commune de Thiès-Nord, le premier acte que je poserai consistera à affecter mon salaire de maire aux œuvres sociales ». La promesse est du président du mouvement « And Suxxali Sénégal ak Habib Niang Falaat Macky Sall », Mouhamed El Habib Niang, candidat à la mairie de Thiès-Nord, qui était ce weekend l’invité de l’émission « Jakarlo ak Askan Wi » de Walf-TV.
« Le fauteuil de maire ne nous intéresse pas, notre seule ambition c’est de construire Thiès, une ville aujourd’hui engloutie dans une barque en naufrage». Cette déclaration du président du mouvement « and suxxali sénégal » en dit long sur les raisons du ralliement massif de plusieurs catégories de la population de la cité du rail à la bannière de M. Habib niang. Jeunes, personnes atteintes de handicap, dizaines de groupements féminins, personnes du troisième âge…tous ont adhéré au mouvement « and suxxali sénégal ak Habib niang Falaat Macky sall ». Ce n’est pas tout puisqu’on compte également parmi les forces qui lui ont fait allégeance le regroupement des cochers de la commune de thiès-nord constitué de plus de 200 membres, le mouvement des conducteurs de mototaxis «Jakarta», l’association des tailleurs de la zone-nord, beaucoup de sportifs, le regroupement des photographes de thiès, entre autres forces vives de la ville aux-deuxgares. toutes ces associations et tous ces regroupements ont adhéré à la philosophie du Chef du Bureau du Cadastre de Guédiawaye, dont le mouvement connait depuis l’élection présidentielle du 24 février dernier une réelle montée en puissance dans la ville-aux-deux-gares. Mouvement indépendant, « and suxxali thiès » s’est mué plus tard en « and suxxali sénégal »pour embrasser très large et, pourquoi pas, étendre ses tentacules dans toutes les régions de notre pays. en attendant, il a décidé d’aller, même seul, à l’assaut de la mairie de thiès-nord, parce que conscient de son poids électoral auprès des populations et très optimiste quant à ses chances de gagner compte tenu de son « excellent travail » sur le terrain. le jeune technocrate dit avoir réussi l’exploit de « conquérir le cœur de Palal, un gros village sérère devenu célèbre pour sa virginité politique, niché à la frontière des communes de Pout et Keur Mousseu, dans le département de Thiès, qui a beaucoup contribué à réélire le Président Macky Sall au soir du 24 février 2019 ». il revendique aussi la prouesse d’avoir « sauvé de justesse thiès du naufrage collectif lors de la dernière présidentielle ». Faisant partie des leaders qui ont réussi à ressusciter la coalition présidentielle
à thiès, Habib niang estime qu’« à Thiès le président Macky Sall n’a pas un problème de bilan, non plus il ne se pose pas au niveau de la ville un souci de ressources financières ou logistiques parce qu’il en a assez donné. Mais son problème reste l’absence de ressources humaines compétentes, malgré l’existence de leaders thiessois qui sont ministres, députés, directeurs nationaux et Pca de société, hommes d’affaires, entre autres. Des leaders qui ont obtenu, en termes de moyens politico-financiers, beaucoup de faveurs». aussi, Mouhamed el Habib niang, bien que ne se réclamant d’aucun clan, a, au cours de cette interview, porté un œil critique sur le fonctionnement de la mouvance présidentielle à thiès. sa conviction est que « le chef de l’Etat est trompé à Thiès par des gens qui ne sont pas dans la vraie politique ».
Le soutien des Thiessois à la vision de l’homme en tout cas, nombre de thiessois ont réitéré leur engagement aux cotés d’un « leader social incarnant un leadership fort à thiès-nord », qui se singularise par de « bonnes actions » à travers un « programme social » qui a fini de le classer comme étant, parmi tous les leaders que compte thiès nord, le seul à répondre aux critères définis par les électeurs. À savoir « un espoir, une chance pour thiès ». Des témoignages de bénéficiaires éparpillés à travers les quatre coins de la ville, il est ressorti que Habib niang a traduit tous ses engagements en « actes concrets ». ses supporters, intarissables, saluent ses réalisations parmi lesquelles « l’autonomisation des femmes du mouvement avec la mise en place d’un crédit mutuel mais aussi de projets de développement en coopération avec des partenaires sérieux, les dons de matériels d’entretien et de nettoiement composé de brouettes, pelles, râteaux, de lots de moustiquaires imprégnés, les actes régulièrement posés qui ont considérablement impacté sur la vie économique surtout des femmes constituées en groupements, au point qu’aujourd’hui nombre de familles démunies ont changé de statut, en respirant l’aisance ».Des bénéficiaires qui n’hésitent point à magnifier « la politique de création d’emplois, de lutte contre le chômage des jeunes et des femmes, d’allègement des travaux ménagers » du jeune cadre thiessois peint sous les traits d’un « leader qui, avant d’être politique, reste un acteur de plain-pied dans le développement surtout social, un technicien, un technocrate toujours à l’écoute des populations, qui tient ses promesses et est prompt à répondre favorablement à la demande sociale de ses citoyens ». toujours à son actif, s’inscrit l’accompagnement aux jeunes et à plus
d’une centaine de groupement des femmes dans la transformation de produits céréaliers (renforcement de capacités, outillage pour la fabrication d’eau de javel, de savon et d’huile pour cheveux, entre autres). Des actions d’accompagnement, de formation et d’encadrement des populations pour explorer toutes les opportunités pouvant permettre de générer des revenus et un mieuxêtre, et toutes autres initiatives à caractère social.le président de « and suxxali sénégal », pour les besoins du ramadan dernier, n’avait-il pas procédé à la remise de 64 lots de 30 paquets de sucre (sukaru Koor) pour un montant global de 1.500.000 FCFa à plusieurs groupements de femmes de sa structure ? par la même occasion, il avait offert au regroupement des photographes de thiès-nord 25 carnets de santé pour Cmu, pour la prise en charge de 75 personnes. Des « actes posi
tifs » dont bénéficient beaucoup de maisons, des lieux de culte, toutes les couches de la population. Ce qui impressionne le plus chez l’homme qui se dit «aujourd’hui prêt à vendre mon véhicule pour sauver des patients », c’est, selon nombre de thiessois, le «respect de la parole donnée». un homme dont on dit qu’il a beaucoup investi dans le domine de la santé à thiès, surtout au niveau des structures sanitaires de la ville. un allié du président Macky sall, qui se dit « très fier d’être thiessois », connu pour sa promptitude à accéder aux besoins de ses compatriotes souvent démunis, avec la « création de quelques 2500 mutuelles de santé dans la ville » etc.
Thiès a besoin de changement, selon Habib Niang le jeune cadre de l’administration est revenu sur la structuration de
son mouvement composé à 90% de femmes sur toute l’étendue du territoire national, son programme de candidat à la mairie axé autour de la création d’emplois, avec entre autres un intéressant projet de vélos-taxis, la santé, le social. aussi il a évoqué l’aide destinée aux étudiants thiessois de Dakar, Bambey, ziguinchor, Fatick, etc. le responsable politique qui pense que « thiès a besoin de changement », espère effectuer dans un futur proche une tournée de remobilisation de ses troupes sur l’ensemble du territoire national. praticien, ingénieur géomètre titulaire d’un Master 2 en aménagement des infrastructures publiques, homme social et de développement, à la tête d’un mouvement de plus de 15000 membres, qui dispose de jeunes et de femmes dynamiques et d’un réseau d’enseignants tres dense, faisant la politique « autrement », le fils de Diakhao révèle avoir été « saisi par de hauts cadres dans l’entourage du président Macky sall selon qui ce dernier a besoin d’un jeune capable de relever le défi à thiès ». Habib niang assure entretenir de « bons rapports » avec les autres responsables du camp présidentiel à thiès et se réjouit d’avoir été choisi par les thiessois pour aller à l’assaut de la mairie de thiès-nord. « Ce n’est pas une initiative personnelle », jure-t-il en conclusion.

Cheikh CAMARA,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *