GAZ : TOTAL AU CŒUR DU SCANDALE DE LA BOUTEILLE NEUTRE DE 12 KG

La note circulaire du ministre du Pétrole et des Énergies interdisant la commercialisation de la bouteille de gaz butane dite neutre, notamment celle de 12 kg, continue de soulever des vagues. Mais sous l’écume se cache une situation scandaleuse qui menace notre sécurité à tous et dont les responsables, mus par l’appât du gain, ramassent des milliards de francs CFA sur le dos de l’État et des consommateurs sénégalais.

En effet, une recherche fouillée nous a permis de découvrir que cette fraude à grande échelle n’est pas l’apanage de petits distributeurs de gaz butane mais bien une affaire de gros sous avec derrière des multinationales comme TOTAL. Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est la firme française qui est la principale importatrice des bouteilles neutres à côté de commerçants libanais, ayant pignon sur rue à Dakar, qui exercent en toute impunité.

Ce n’est pas tout car c’est également TOTAL qui procède à l’emplissage de ces bouteilles non conformes à la règlementation et aux normes nationales et internationales pour son compte et pour le compte de ces commerçants véreux. Car pour qu’une bouteille importée puisse être mise en circulation au Sénégal, il faut que la société distributrice la rénove avant d’y estampiller sa marque et en y gravant la lettre « N » comme nouvel acquéreur et « A » comme ancien propriétaire. Une précaution obligatoire que TOTAL ne prend pas le soin de respecter malheureusement. Par exemple, sur la photo ci-dessous, on voit bien que l’ancien propriétaire de la bouteille de 12 kg est PROPAGAZ et que seul le robinet porte la marque TOTAL. Ce qui veut dire qu’en cas d’explosion, le bouchon va disparaitre pour ne laisser sur place qu’une bouteille calcinée avec la marque de l’ancien propriétaire. Les victimes ni les assurances ne pourraient donc, dans pareil cas, poursuivre personne puisque la bouteille n’était plus, depuis fort longtemps, dans le circuit de distribution de son pays d’origine. Voilà le danger des bouteilles neutres.

Au regard de tout ce qui est dit supra et l’enjeu financier autour des bouteilles neutres, on comprend aisément pourquoi une grosse machine de manipulation a été déclenchée pour mettre la pression sur les autorités sénégalaises afin de les pousser à revenir sur leur décision. En effet, on a tenté de faire croire aux consommateurs de l’existence d’une pénurie de gaz butane et la perte de près de 500 emplois. Ce qui est totalement faux ! Car, comme l’indique le tableau récapitulatif (ci-dessous) de l’Activité de distribution du gaz butane au Sénégal, la bouteille de 12 kg ne représente que 7 314 tonnes sur le cumul des ventes, en fin décembre 2020, qui se chiffrent à 183 683 tonnes. Loin derrière les autres formats de bouteilles de 6 kg et 9 kg plus utilisées par les consommateurs. Comment alors, avec ce ratio, le retrait de ces dangereuses bouteilles neutres peut-il provoquer la perte de 500 emplois ? Alors que, comme on le constate sur le tableau, la bouteille de 12 kg ne détient qu’une portion congrue du marché du gaz butane.

Nous reviendrons sur ce dossier mais également sur d’autres concernant le secteur névralgique du gaz butane dans l’économie sénégalaise.

 

Par Amadou DIOUF

Journaliste-Investigateur-Chroniqueur

(Source : ANN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *