« Etre dans le vent, c’est avoir un Destin de Feuilles Mortes »

Bon sens populaire

Et si pour Monsieur Ousmane Sonko, le plus simple n’aurait pas été de dire aux Sénégalais : « Que celui qui n’a jamais fauté me jette la première pierre. J’aime les massages, l’odeur du camphre et du karité réunis, et quand cette nymphe si joufflue des reins, a fini de me masser mes douloureuses lombaires, mon sang n’a fait qu’un tour de scrutin dans ma cervelle d’homo senegalensis, et j’ai craqué » !!!

Il disait ça à ses compatriotes tellement portés sur la gaudriole et tout ce qui concerne leur bas-ventre, que, et hop !!! il se faisait « illlico sexo », 2 millions de partisans en plus, un sacré tapis électoral pour 2024.

Comment un homme qui a commi tant d’erreurs, qui a traîné tout un pays sur du sang, peut se permettre de réclamer l’électorat des Ziguinchorois, sans scrupule, un homme qui s’est ligoté lui-même, dans les liens de la pureté supposée de ses dispositions religieuses, et le piège, puisqu’il l’affirme comme tel, qui s’est refermé sur lui, avait pour but de le couler par là où il avait « prêché ». Quand on brandit la morale comme étendard, on ne s’en affranchit pas…

L’arbre des privilèges ne doit pas cacher la forêt des sacrifices. Pour marcher triomphalement sur un chemin truffé d’écueils, de récifs et de gouffres, l’homme politique ambitieux DOIT CHOISIR entre le Palais et le Lupanar, la mairie et le salon de massage. Surtout quand il est opposant ». Dirait-on, le ridicule ne tue pas,devant notre vénérable et vénéré khalif, Sonko à avoué sa culpabilité, a assumé ses responsabilités devant ses morts dira-t-il, dix sont mourides comme des trophées, des vies, des Sénégalais, oh, oh, mon Dieu, quelle honte, heureusement, le khalife a su utiliser les verbes de Dieu qui ont banni le meutre.

Ne nous étendons pas, sans rire, sur l’aspect moral de cette situation sordide, ce serait masquer l’information essentielle et principale qui ressort de ce vaudeville politique, à savoir l’inconséquence et l’irresponsabilité de Monsieur Sonko face à la grande Histoire, que certains Sénégalais se proposaient avec enthousiasme d’écrire avec lui ces prochaines années.

Et sa place, nous les « casacés », nous optons pour ce jeune cadre correct simplement, véridique amplement, un casier judiciaire vierge et un cv bien garni. L’administrateur du Fongip, l’actuel Directeur de l’AIBD, Doudou Kâ en l’occurrence, que ziguinchor a déjà aimé et choisi comme parrain, comme modèle, comme maire.

Doudou Kâ, un de ces grands hommes capables de mener notre Sénégal vers un futur semé de graves et lourds enjeux, cruciaux, qui font partie de ces Grands Hommes non coupables, mais capables de savoir déjouer les pièges et les plaisirs. Mais avant tout, de s’en prémunir pour une vision saine d’un Sénégal emergent et d’un Ziguinchor de paix et de prospérité.

Sidy Mactar Coly, president des ressortissants de Casamance de Thiès, invite à soutenir Doudou Kâ, Directeur AIBD, une fierté de chez nous.

Sidy Mactar Coly, President des ressortissants de casamance de Thies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *