Élections locales de Janvier 2022 à Thiès Des militants de partis alliés râlent contre l’alliance «Mbourou ak Soow»

Le «Mbourou ak Soow » ne respire pas la bonne santé à Thiès. « Avant, ce sont les fidèles alliés du président Macky Sall qui décriaient cette alliance, mais nous avons constaté qu’à la veille de la visite du chef de l’Etat pour les besoins de l’inauguration de l’Isep, les apéristes ont vigoureusement craché dessus », confient des Thiessois. Des analystes politiques informent que « des proches du président de l’Apr, comme les responsables Lamine Ngom et Ndiaga Wade, s’étaient fortement mobilisés avec leurs bases pour dénoncer vigoureusement le ‘’Mbourou ak Soow’’ tel que ça se présente» et surtout « la prééminence que prétend avoir Rewmi par rapport au reste de la grande coalition et en particulier vis-à-vis de l’Apr». Dans le cadre des perspectives, le responsable local du Parti socialiste, Pape Amadou Sall, rappelle l’hostilité de certains responsables APR contre la nouvelle alliance ‘’Mbourou ak Soow’’ lors de la visite du chef de l’État à Thiès. Il analyse « la nouvelle donne » provoquée par « l’arrivée dans la majorité présidentielle de Idrissa Seck qui ne se définit pas encore comme membre de Benno Bokk Yakaar (BBY) mais est venu faire une alliance avec cette coalition pour élargir la majorité présidentielle. « Maintenant, ce qui est inélégant, c’est l’opportunisme aussi bien du parti Rewmi que des gens de l’Apr, lequel se matérialise par le fait que les deux parties veulent créer une coalition dans la coalition définie ‘’Mbourou ak Soow’’ », regrette M. Sall. A Thiès, les militants de l’Apr semblent avoir oublié qu’ils sont encore avec leurs alliés de BBY qui, lorsque l’ancien Premier ministre rendait la vie dure à Macky Sall, étaient les seuls à se dresser pour lui faire face. Aujourd’hui que Idrissa Seck a rejoint la coalition présidentielle, Pape Amadou Sall se désole du fait que « par opportunisme et inélégance, rewmistes et apéristes sont en train, sur le dos de BBY, de prendre un certain nombre d’initiatives, aussi bien dans les communes Nord, Est et Ouest. Ce seulement dans le cadre ‘’Mbourou ak Soow et à travers des rencontres bilatérales qui concernent uniquement les deux parties. Le cadre du Parti socialiste et leader politique dans la zone Nord, Pape Sall, pense que si les rewmistes rejoignent une majorité comme Benno, l’élégance aurait voulu qu’ils viennent dans le cadre de cette structure pour la renforcer et non pas la diviser. Ce qui est malheureusement le cas à travers la création d’une sous-coalition. « L’Apr et le Rewmi savent que ce n’est pas élégant de leur part, mais ils le font par pur opportuVAccinAtion Au seneGAl nisme. Mais là, les autres alliés que nous sommes, surtout nous du Parti socialiste, formation membre fondateur de la coalition présidentielle, de surcroit membre du podium (APR, PS et l’AFP, les trois partis forts et créateurs de BBY), nous ne nous laisserons pas faire ». Les gens doivent se parler en égaux Le leader du PS de la zone-nord pense que les gens doivent se parler en partenaires égaux. « Sur le terrain, les acteurs à l’Apr et au Rewmi savent tous que le jeu politique déroulé dans la coalition ‘’Mbourou ak Soow’’ est un jeu de ping-pong sale et mesquin, du ‘’Lambi Golo’’ où les deux parties prenantes usent, chacune de son côté, de duperie », dénonce-t-il. Et d’avertir : « nous du PS, on n’acceptera pas cette opportunisme. Si l’on n’y prend garde, le pire risque de se produire parce qu’il faut comprendre que le Rewmi n’est plus hégémonique à Thiès depuis longtemps. Et lors des élections de 2014, le camp de l’ancien Premier ministre n’a bénéficié que d’une majorité relative, aussi bien à l’Est, au Nord qu’à l’Ouest ». Il s’y ajoute qu’aujourd’hui, remarquent des observateurs, même dans le Rewmi, le virement à 360 degrés opéré par le président du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a fini de démobiliser et de faire démissionner énormément de cadres et de militants de Rewmi . Djiby Samb, responsable politique proche du chef de l’Etat rappelle que si Déthié Fall, Abdourahmane Diouf et autres ténors ont quitté, beaucoup de militants à la base, dégoûtés par l’attitude de Idrissa Seck, ont eux aussi claqué la porte de ce parti. Pape Amadou Sall estime qu’il faut que les rewmistes comprennent qu’ils ne sont plus hégémoniques et que même leur majorité est intrinsèquement relative. Avant d’avertir : « qu’ils se le tiennent pour dit, les gens vendront chèrement leur peau. L’heure est à l’écoute et non pas à la prise de décisions, s’ils ne corrigent pas, s’ils ne rectifient pas le tir, les gens sont disposés, même étant dans la majorité présidentielle, à prendre leurs responsabilités le moment venu. Ce qui est évident. S’ils ne corrigent pas leur inélégance, s’ils veulent nous imposer leur diktat ‘’Mbourou ak Soow’’, nous ferons face, quitte à nous allier avec le diable, et peu importe comment il s’appelle. Parce qu’on ne se laissera pas faire. On leur démontrera que ce sont là des élections locales, que d’une localité à l’autre les réalités diffèrent ». Le président Macky Sall et son nouvel allié Idrissa Seck sont donc avertis…

Cheikh CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *