DEMOLITION DE LOTISSEMENTS IRREGULIERS A CHERIF LO PAR LA DSCOS «Les dispositions prévues dans le code de l’urbanisme seront appliquées aux fautifs»

La Direction de la Surveillance et du Contrôle de l’Occupation des Sols (DSCOS) a entamé, ce jeudi 15 juillet 2021, une grande opération de démolition de bornes irrégulières concernant près 15 mille parcelles sur une étendue d’environ 400 ha, au village de Thiaoune Mbambara Kounta, dans la commune de Chérif Lô, département de Tivaouane. Une bonne partie de la population a applaudi des deux mains. Le maire de la localité, lui, se justifie : « le lotissement a été fait dans les règles de l’art».

Selon le commandant Bassirou Diouf, un urbaniste diplômé (Dprg) chargé de la communication pour cette mission au nom de la Dscos, a expliqué que « cette opération est motivée par un bornage irrégulier sur des étendues à perte de vue. Aucune assiette ne bénéficie d’une autorisation de lotir». Convoquant le code de l’Urbanisme, il rappelle que « l’occupation du sol est motivée surtout par des lotissements qui sont corrélés ou bien qui dépendent de documents de planification urbaine majeure. Ça peut être un plan directeur d’urbanisme ou un schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme ». Après avoir fourni ces explications, Bassirou Diouf trouve donc « intolérable » que « des autorités territoriales se mettent à appliquer un bornage illégal ». Et de se désoler que « malheureusement, sur aucune des assiettes concernées par ce bornage il n’y a une autorisation de lotir ». Ce qui signifie, à l’en croire, que « ce lotissement s’est fait tête baissée, sans tenir compte des textes en vigueur en matière d’urbanisme et d’occupation du sol ». Les conséquences fâcheuses de ce lotissement seraient donc nombreuses. « Il en découle de la spéculation
foncière, des doublons en matière d’affectation des parcelles ou bien des terrains qui ne sont pas bien terrassés, ce qui occasionne des inondations,
mais également des terrains qui ne se sont pas connectés à la voirie des localités voisines ».
Des sanctions en vue L’officier supérieur de gendarmerie assure que « les dispositions prévues dans les textes du code de l’Urbanisme seront appliquées à tous ceux qui sont impliqués dans ce bornage de ces assiettes là. Notre brigade qui est compétente en la matière dans ce secteur mènera toutes les enquêtes pour en tirer toutes les conséquences prévues par les textes en vigueur ».

NDEYE MAGUETTE GAYE 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *