Aller à la barre d’outils

DEMOLITION DE L’EXTENSION DU DANCING YEUGOULENE ET CELLE DE MAISONS A NORD FOIRE

La DSCOS nettoie la VDN

 

La Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation des sols (Dscos) a démoli des extensions du Night-Club Yeugouléne et de quelques maisons qui bordent la Voie de dégagement Nord (Vdn) à Nord Foire. L’opération vise selon le colonel Pape Saboury Ndiaye, directeur de la structure, à mettre un terme à ces constructions illégales sur la voie publique Le Night-Club Yeugouléne et quelques maisons qui bordent la route à Nord Foire, ont reçu la visite des éléments de la Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation des sols (Dscos) hier, mercredi 15 janvier. Les constructions qui débordent sur la voie publique ont été détruites par des bulldozers sous une haute surveillance d’éléments de la Gendarmerie Nationale. Cette démolition est intervenue après plusieurs semaines de mention du signe «Arrêt Dscos» sur les murs incriminés. Selon le directeur général de la Dscos, le colonel Pape Saboury Ndiaye, la Voie de dégagement Nord (Vdn), fait l’objet d’une occupation très anarchique. Car, dit-il, audelà des occupations légères, les gens s’arrogent maintenant sur le droit, de faire des constructions sur cette voie publique. Ces extensions vont confie-t-il,
«de 10, 15 voire 20 mètres vers le goudron». Et selon le colonel Pape Saboury Ndiaye, si des mesures ne sont pas prises, le caractère d’utilité publique de cette voie, risque d’être dévoyé. Les opérations de construction sur la voie publique vont se poursuivre et tous les occupants illégaux seront déguerpis, prévient le patron de la Dscos. «Tous ceux qui sont sur la voie publique et qui ont construit là-dessus, doivent s’attendre à ce qu’on vienne libérer les espaces occupés», a-t-il dit. Il ajoute en outre que les contre-allées de la VDN ont été faites pour faciliter le déplacement aux riverains mais pas pour des constructions. En soutenant que force devrait rester à la loi, le directeur de la Dscos signale que les populations dont les constructions ont été visées ont été averties depuis longtemps. «Les premières sommations qui ont été servies remontent en 2016. Et les concernés n’ont jamais arrêté de construire. On a lancé l’opération limite de propriété depuis très longtemps. Les gens ont été avertis par des sommations. Si les populations n’ont manifesté aucune résistance c’est parce qu’elles mêmes, nous ont saisi à plusieurs reprises, pour demander l’intervention de la Dscos pour que ce désordre prenne fin».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *