Criminalisation des manifestation: Un vendredi de confrontation

Les députés vont examiner, ce vendredi 25 juin 2021, deux projets de loi modifiant le code pénal et le code de procédure pénale. Selon l’opposition parlementaire le projet de loi est liberticide et a pour objectif de neutraliser les opposants et de restreindre les libertés. Les députés de l’opposition envisagent de saisir le Conseil Constitutionnel..

Le projet de loi n°10/2021 modifiant la loi n°65-60 du 21 juillet 1965 portant Code pénal et celui du n°11/2021 modifiant la loi n°65-61 du 21 juillet 1965 portant Code de procédure pénale vont être soumis au vote, demain vendredi 25 juin, à l’Assemblée nationale. Selon l’opposition parlementaire ces modifications visent fondamentalement à assimiler l’exercice du droit de manifester à du terrorisme. Les députés de l’opposition estiment que ce projet de loi est liberticide.

Pour Ousmane Sonko, cette loi est liberticide et confisque toutes les libertés. “Macky Sall sait très bien que la communauté internationale est très sensible à tous ceux qui relèvent des questions de terrorisme. Il nous fait un projet de loi liberticide, un projet de loi de confiscation de toutes les libertés et de tous les droits qualifiant de terrorisme toutes les infractions y compris les infractions mineures qui étaient déjà cataloguées par le code pénal et le code de procédure pénal”, dit-il.

Selon lui, Macky Sall classe toutes ces infractions dans la rubrique terrorisme y compris les infractions politiques pour pouvoir se servir de celà avec son procureur, avec son juge avec son ministre de la justice pour casser de l’opposant et perpétuer ou confirmer son projet de troisième mandat au Sénégal.

Ousmane Sonko indique que l’opposition parlementaire envisage de saisir ce vendredi 25 juin 2021 le Conseil Constitutionnel.

De son côté Cheikh Bamba Dièye qualifie cette situation extrêmement grave, selon lui, il s’agit dans le nouveau dispositif “de faire en sorte que tous ces actes deviennent des actes illégales et que chaque acte puisse être pointé du doigt et qu’on puisse le catégoriser comme étant un acte terroriste et par ce fait la sanction ultime c’est d’être condamné à perpétuité”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *