Communes de Thiès : EST,OUEST ET NORD Les Trois maires «Rewmistes» accusés de gestion calamiteuse

Les Thiessois imputent la faute à Idrissa Seck

«Ces maires des trois communes — (Ndlr, Thiès-Est (Pape Bassirou Diop), Thiès-Ouest(Alioune Sow) et Thiès-Nord (Lamine Diallo) —, ne sont pas à leur place. Des erreurs de casting ont été commises les concernant par le président du parti Rewmi, Idrissa Seck, lors
de la désignation des maires de ces communes ». Il n’est pas rare d’entendre cette remarque dans la bouche de nombre de Thièssois qui peinent encore à citer des «réalisations concrètes » à l’actif des équipes municipales de ces trois mairies…
Les trois édiles des communes de Thiès-Est, Thiès-Ouest et Thiès-Nord, Pape Bassirou Diop, Alioune Sow et Lamine Diallo, respectivement, « ne peuvent pas présenter, dans leurs circonscriptions respectives, des réalisations de ce nom». La condamnation est sans appel.
Décriant « la mauvaise gestion » de ces communes d’arrondissement, Ndiogou Fall, un père de famille à Cité Lamy, trouve que « la triste réalité aujourd’hui, à Thiès, est que la mauvaise gestion caractérise les mairies en question sans aucune exception ». Sur un ton ferme, le mécanicien Seydou Ba, demeurant à Hersent, s’étrangle presque de colère : « partout, c’est la mal gouvernance, la gabegie, la filouterie, la pagaille. C’est du n’importe quoi dans ces mairies. Nous disons, aujourd’hui, sans risque d’être démentis et avec la plus grande fermeté, que si demain le Pouvoir se hasardait à envoyer des missions d’audit au niveau de ces institutions municipales, des choses insoupçonnées, effarantes pourraient y être découvertes.
Les gens qui sont là-bas ne s’y trouvent que pour leurs propres intérêts ainsi que ceux de leurs courtisans. La satisfaction des préoccupations des populations est le cadet de leurs soucis ».
Un sentiment partagé par ce père de famille habitant au quartier Médina Fall, Aly Diouf, selon qui « nos communes Est, Ouest et Nord sont mal barrées car mal gérées ». Même constat sévère chez la demoiselle Assy Diop et sa bande de copines, toutes des étudiantes, qui pensent que « très honnêtement, Thiès, eu égard à la qualité de ses personnes ressources au niveau de tous les segments de la société, mérite plus et mieux que ceux-là qui sont placés à la tête de nos mairies d’arrondissement ». Enseignant à la retraite, Badou Ly, croisé en ville, ne manque pas de dénoncer ce qu’il considère comme un « gâchis ». Son incompréhension devant ce « gâchis » est d’autant plus grande que, dit-il, « les budgets sont votés au niveau
de ces trois communes», mais, s’empresse-t-il de regretter, «si, par exemple, on suppose un budget de 100 millions de francs, les 85 millions, certainement, vont au fonctionnement ». Ce qui intéresse ces élus, pense-t-il, « c’est le cabinet du maire et rien d’autre ». A savoir, dit-il, « le carburant du maire, le fonds pour faire du social dans les cérémonies etc. ». Mais, s’étrangle notre retraité, « l’investissement qui va en faveur des populations, ça, c’est le cadet de leurs soucis ! L’éclairage public, le désensablement de la chaussée, les poubelles et les ordures qui s’entassent dans toutes les rues et les endroits les plus stratégiques, les plus névralgiques de la ville, comptent pour du beurre aux yeux de ces maires». Aussi nombre de Thiessois de penser que « pour toutes ces raisons, ce n’est pas demain la veille qu’on les  verra organiser des audiences publiques avec leurs administrés… ». Certes, le maire de la Ville, M. Talla Sylla, fait des audiences publiques avec ses administrés mais, comme le pensent d’aucuns, « il ne fait que jeter de la poudre aux yeux».

L’accaparement du foncier à Thiès

 

Certaines rumeurs à Thiès ont longtemps fait état de « négociations scandaleuses », d’«alliances contre-nature », autour du foncier, entre le maire de la Ville, Talla Sylla, et les trois édiles rewmistes de Thiès-Nord, Thiès- Est et Thiès-Nord. Lesquels, étant des « proches  » de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, étaient pourtant élus pour « servir Thiès », et résoudre ses problèmes. Ils avaient, dans un passé récent, été les cibles de e responsables
politiques partisans du président du conseil départemental de Thiès, Idrissa Seck. Des responsables rewmistes qui dénonçaient un « deal » entre ces quatre « personnalités » qui avaient fumé le calumet de la paix. Avec comme unique objectif, selon Ousseynou Guèye, responsable des jeunes de Rewmi et ex-adjoint au maire à la commune Thiès-Ouest, d’« écraser Idrissa Seck et les Thiessois ». Selon lui, « cette nouvelle alliance entre ces quatre
maires n’est qu’une volonté de trahir le président Idrissa Seck et aussi de se sucrer sur le dos des Thiessois ». Il poursuivait en précisant que « depuis la capitale française, Paris, où ils avaient séjourné pour les besoins d’un séminaire organisé par l’Association des maires francophone (Amf), les intéressés étaient en négociation autour d’une ‘’réaffectation’’ des lotissements de Thiès ». M. Guèye se disait stupéfait de constater que « ceux à qui Thiès a confié son destin, par l’entremise du président Idrissa Seck, se sont illustrés de la plus mauvaise des manières, en initiant des rencontres secrètes avec l’ennemi juré des Thiessois et du président Idrissa Seck, en l’occurrence Talla Sylla. Ces maires rewmistes ont décidé, de
leur propre chef, d’entamer des négociations avec le leader du Mouvement « Fal Askan Wi » qui, en pleine alliance avec Idrissa Seck, avait trahi ce dernier de façon ostentatoire, insolente et lâche ». Le responsable des jeunes de Rewmi soupçonnait que « ce parfum de ‘’deal’’ loin de Thiès, aux abords de la Seine, offre les effluves d’un partage de parcelles de terrain et autres privilèges sur le dos du contribuable Thiessois». Aussi les jeunes proches de l’ancien Premier ministre avaient demandé « l’ouverture d’une information judiciaire sur les réaffectations des parcelles à Thiès, sur les lotissements et la dé-classification de la forêt de Mbour 4 ».

Cheikh CAMARA, Le TEMOIN

Une réflexion sur “Communes de Thiès : EST,OUEST ET NORD Les Trois maires «Rewmistes» accusés de gestion calamiteuse

  • décembre 8, 2019 à 6:49
    Permalien

    Tant qu’on SE limitera à denoncer sans enquête, ce type de personnes arriverons à gerer les biens de la ville à leur guise sans aucun risque.
    Il ne doit être difficile de demontrer les frasques de ces maires,surtout en matiere de foncier.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *