Aller à la barre d’outils

Arabie Saoudite: Une Ghanéenne victime d’une attaque à l’acide

La jeune femme ghanéenne qui a été victime d’une attaque à l’acide en Arabie Saoudite, ne pense qu’à une seule chose: se suicider.

 

Cétait en décembre 2018 lorsque Memuna Malik alors âgée de 27 ans, est allée se faire belle dans un salon de coiffure en Arabie saoudite, où elle était basée.

Alors qu’elle se faisait coiffer, une autre femme, Salomey, a fait irruption dans le salon avec une bouteille d’acide destinée à la coiffeuse, Rabi. Soudain une dispute s’est engagée entre les deux femmes dans le salon de coiffure.

Dans un excès de rage, celle qui tenait l’acide, a versé le produit par erreur sur Memuna, la défigurant instantanément. C’est avec les yeux plein de larmes que Memuna a raconté les faits.

« Rabi tressait mes cheveux quand elle s’est arrêtée pour aller manger. Alors qu’elle mangeait, nous avons entendu quelqu’un frapper à sa porte et elle m’a demandé de l’aider à l’ouvrir. Dès que j’ai ouvert la porte, tout ce que j’ai vu, c’est que quelqu’un m’a poussée et a versé une substance sur moi. C’était ma fin. »

Lors d’une interview avec le groupe de défense de la criminalité, Crime Check Foundation, Memuna a déclaré qu’elle était obligée de rentrer au Ghana parce que ses employeurs ne voulaient plus d’elle.

« Je devais rentrer à la maison parce que je ne voyais plus et je ne pouvais plus travailler pour subvenir à mes besoins. Rabi ne m’a rendue visite que deux fois et n’est jamais revenue. Je suis retournée au Ghana sans sou. Ici, je n’ai rien pour aller à l’hôpital et je ressens toujours des douleurs et des nausées. »

Les autorités saoudiennes avaient promis d’arrêter son agresseuse, mais Memuna affirme qu’elle ne pouvait plus suivre l’affaire après son retour au Ghana.

Elle a complètement perdu gout à la vie et préfère mourir. « Je préfère mourir que de vivre dans cette douleur », a-t-elle déclaré.

En plus de sa douleur, elle est stigmatisée. Lorsque certains enfants la rencontre, ils la prennent pour un fantôme et commence à fuir.

« Un jour, ma mère ne se sentait pas bien, alors j’ai décidé de laver nos vêtements et de les sécher dehors. Pendant que je séchais les vêtements, deux enfants m’ont vu et l’un a dit à l’autre, ‘tu vois cette sœur, son visage est vraiment effrayant et elle ressemble à un monstre».

Sa mère, Hajia Safia, qui n’a pas pu retenir ses larmes, a déclaré que c’était difficile lorsqu’elle a vu pour la première fois des photos de sa fille après l’incident.

« Ça n’a pas été facile pour moi parce qu’elle est tout ce que j’ai dans la vie. Elle a voyagé à la recherche d’une vie meilleure afin de soutenir la famille et voici ce qui lui est arrivé. »

Aujourd’hui, Memuna a besoin d’aide pour subir une chirurgie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *