Aminata Touré inaugure le nouveau siège du Groupe Promo Consulting

Aminata Touré a étrenné hier, mardi 17 septembre 2019, le nouveau siège social du Groupe Promo Consulting. L’immeuble qui se trouve à la Sodida, porte le nom de Serigne Mouhamadou Falilou Mbacké, le défunt marabout du président du Meds et du GPC, Mbagnick Diop. La Présidente du Conseil économique, social et environnemental a félicité M. Mbagnick Diop pour ce beau bâtiment. Elle a profité de l’occasion pour adresser un message poignant à la presse sénégalaise.

Le mardi 17 septembre 2019, a eu lieu l’inauguration officielle du siège social du Groupe Promo Consulting sis à la Sodida. Plusieurs personnalités étatiques et religieuses, notamment le chef religieux Mouhamadou Moustapha Falilou, le Ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, la Présidente du Conseil économique, social et environnemental, Aminata Touré, entre autres, ont pris part à cette cérémonie.

Venu présider l’inauguration du joyau, Mme Aminata Touré a félicité le président Mbagnick Diop pour ce beau bâtiment, mais surtout pour son engagement pour une presse de qualité. « Par cette réalisation, vous venez d’enrichir le paysage audiovisuel sénégalais. Comme nous en avons souvent discuté, le journalisme est un sacerdoce. Le journalisme est en réalité un beau métier, mais il faut également se montrer digne partout, en tous lieux et dans les actes qu’exige ce noble métier pour lequel j’ai beaucoup de respect et de considération», a dit la Présidente du Cese.

Pour Aminata Touré, la presse a des défis à relever. « La presse, pour ceux qui ont mené des combats pour la liberté, savent qu’elle incarne cette liberté. La presse incarne la tolérance, le respect, la culture, l’égalité entre les femmes et les hommes, la justice. Ce qu’il lui faut davantage acquérir, c’est la capacité à faire face à ses responsabilités. Des responsabilités qui procèdent des grands défis que nous devons relever en tant que pays aspirant à l’émergence », a-t-elle soutenu.

Les conseils de Mimi Touré à la presse

Toutefois, elle est convaincue que la presse peut surmonter ces défis en mettant en avant ce qu’elle pourrait appeler un pacte national. « Le pacte national, c’est tout simplement la confiance dans la démocratie. Le pacte national, c’est l’achèvement de la promesse républicaine autour des valeurs, autour de l’école, autour de la protection des femmes et des filles contre les violences, mais aussi et tout simplement autour de la République, de la dignité humaine. En un mot autour de l’intérêt général que nous partageons tous. C’est justement au nom de cet intérêt général que la presse doit faire des efforts d’adaptation pour que nous soyons une presse qui serve nos efforts de développement. Une presse qui serve également nos efforts de rigueur auxquels elle doit s’astreindre dans la collecte et le traitement de l’information », a-t-elle dit.

Avant d’enchaîner : « elle doit également nous encourager dans nos efforts de civisme pour susciter et même faciliter un meilleur vivre ensemble dans un Sénégal harmonieux. Voilà le pacte qu’il va falloir nouer pour ouvrir un nouveau cycle, celui d’une coopération avec les pouvoirs publics, et à tous les niveaux. »

« Les efforts consentis par le Président de la République depuis son accession à la tête du pays, doivent être soutenus et encouragés dans l’intérêt de tous. La presse tout en préservant son indépendance, sa liberté d’analyse, doit être dans l’échange, le croissement des regards, mais également le croissement des opinions. Nous estimons aussi que la presse doit pouvoir appuyer la fécondation des intelligences, susciter les débats qui sont des débats d’intérêt pour le pays. J’ai l’habitude de dire que les Sénégalais ne vivent pas que de politique », a-t-elle ajouté.

Elle poursuit : « Les Sénégalais aspirent à avoir des emplois décents, à avoir des environnements décents, à vivre ensemble dans la communion, dans le dialogue des religions. » Donc, précise-t-elle, « la presse doit pouvoir être un véhicule, doit pouvoir offrir des plateformes pour renforcer notre volonté commune de vivre ensemble. »

« Car, nous sommes convaincus que notre pays a besoin d’un climat apaisé, fait de confiance, d’entente, de cordialité et même de gentillesse à l’image du Président du groupe Promo Consulting, Mbagnick que nous célébrons aujourd’hui. Nous le connaissons par son grand sourire, mais aussi pour ses avis tranchés », conclut la Présidente du Cese.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *