Aller à la barre d’outils

ACCAPAREMENT DES TERRES DE LA COMMUNAUTE NDOUT DE DAROU ALPHA

Le maire de Notto et Safina Filfiri accusés de «complot foncier» sur le dos des populations

 

Le village de Darou Alpha dans la commune de Notto-Gouye-Diama (département de Tivaouane) est, à présent, secoué par un « bradage foncier » sans précèdent. Les populations protestataires, qui sont sorties en masse pour dire « non » à « l’accaparement de nos terres », accusent le maire de Notto-Gouye-Diama, Magueye Ndiaye, d’avoir attribué environ quelques 221 hectares à un promoteur privé, en l’occurrence M. Filfiri, propriétaire de la société Safina, pour les besoins d’un projet agro-business.

Les populations protestataires disent « mener un combat de résistance, de refus,
pour dire à toute forme de spoliation et d’accaparement des terres de la communauté sérère Ndout de Darou Alpha et de Mont-Rolland ». Mamadou Faye, coordonnateur du collectif pour la défense des intérêts fonciers de Darou Alpha, dans la commune de Notto-Gouye-Diama, de s’offusquer du fait qu’« aujourd’hui cette dite communauté est prise en otage, parce que victime d’un ‘’complot foncier’’ orchestré par le maire de Notto-Gouye-Diama, Magueye Ndiaye, qui a osé délibérer en faveur de la société Safina dirigée par la famille Filfiri 221 hectares de nos terres, ce à l’insu des populations concernées ». M. Faye explique qu’« un jour M. Filfiri est venu proposer aux populations de Darou Alpha un projet agro-business. Mais il se trouve que nous sommes des paysans et n’avons que la terre et ne comptons que sur le travail de la terre. De cette terre dépend notre vie et notre survie. Quand maintenant quelqu’un vient nous proposer un projet agricole dans le cadre du développement de l’agriculture, nous ne pouvons que l’accueillir avec gaieté de coeur. Mais quand M. Filfiri est venu pour essayer de convaincre les populations, il a clairement fait savoir qu’il ne voulait pas d’un projet dans un cadre de partenariat mais plutôt un projet avec des populations qui acceptent de lui donner leurs terres. Ce que les habitants de Darou ont catégoriquement refusé. Lorsque maintenant il a su que ces populations sont intransigeantes, il s’est alors rabattu sur le maire de Notto-Gouye-Diama, Magueye Ndiaye, qui, lui, ne pensait, avec ce projet, qu’a ses intérêts crypto personnels, allant jusqu’à assurer à M. Filfiri de convaincre les populations pour vendre leurs terres ». Et de poursuivre : « à deux, ils ont posé leur deal, ont fait un ‘’plan drone’’ pour identifier le site, avant d’effectuer une descente sur le terrain pour identifier un certain nombre de propriétaires de champs ». Le dernier acte de leur stratégie, fait-il remarquer, consistera à « convoquer à la mairie chaque paysan ciblé et lui dire : ‘’votre champs a été mesuré, venez maintenant prendre votre argent’’ ». Mais, se demande M. Faye, « de quel argent s’agitil »? Il explique que « le paysan, une fois arrivé sur les lieux, on lui fait comprendre que l’hectare lui est revenu à 1.500.000 FCFA, soit la somme de 150 FCFA le mètre carré. Sous l’emprise de la panique, le gars finit par céder, du simple fait qu’on lui fait savoir que : ‘’l’acquéreur n’est personne d’autre que Filfiri, un super puissant, donc vendez les terres sinon vous allez perdre’’ ». Et face à cette
menace, regrette-t-il, « d’aucuns ont cédé leurs terres ». Toutefois, fait savoir le coordonnateur du collectif pour la défense des intérêts fonciers de Darou Alpha, « la majeure partie des habitants de la zone ont refusé de les suivre dans leur ‘’sale besogne’’ ». Mamadou Faye souligne que « c’est sous ce prétexte que le maire Magueye Ndiaye a fait une délibération, à travers laquelle il a attribué à M. Filfiri 72 hectares, dans un premier temps, ensuite, 102 hectares, sans pour autant consulter qui de droit, à savoir les vrais propriétaires des terres en question ».

Le maire Magueye Ndiaye se défend et menace

Les habitants de Darou Alpha interpellent directement le Chef de l’État pour « trouver une solution à ce problème », avant que
« l’irréparable ne se produise ». Ils comptent « user de toutes les voies de recours », surtout « saisir la Cour Suprême » pour « casser cette dite délibération et retrouver nos terres ». Ces populations protestantes pensent que « le fait d’attribuer ces terres à un promoteur privé tue l’agriculture qui fait vivre plusieurs milliers de paysans dans la zone ». Pour sa part, Imam Abdoulaye Mbengue de Darou Alpha, lui, de regretter le fait que « le plus vieux notable du village, Baye Mbaye Daouda, a assisté impuissant les bulldozers raser son champ ». Il raconte qu’« au sortir d’une rencontre avec le sous-préfet de Pambal, Baïlo Ba, nous nous sommes rendus, sur demande de cette dernière autorité, à Notto pour rencontrer le maire, mais à notre grande surprise, ce jour-là, Magueye Ndiaye nous menacera ». Dans sa réplique, le maire de Notto- Gouye-Diama, Magueye Ndiaye, s’est voulu
catégorique : « la délibération a été faite dans la légalité et certains paysans ont signé un protocole pour vendre leurs terres. Nous avons signé un protocole avec Filfiri qui vient juste de démarrer. Les personnes qui m’accusent maintenant d’avoir vendu leurs à un prix dérisoire, ils n’ont qu’à me traduire en justice, en tout cas j’ai la liste des personnes qui ont vendu et encaissé leur dû ».

 

Cheikh CAMARA, Correspondant permanent à Thiès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *